samedi 31 décembre 2016

Moment de vie livresque #6 : cadeaux de Noël et bilan de l'année

   Salut toi !

   Ça fait longtemps que tu n'as pas vu de MVL sur le blog. Et c'est tout à fait normal. C'est tout simplement parce que je n'avais pas grand chose à raconter qui vaille la peine d'en faire un article ces deux derniers mois ; il n'y en aura donc pas tous les mois, pour cette raison que je n'aime pas écrire des articles vides. C'est aussi pour ça qu'il faut me suivre sur les réseaux sociaux, en particulier Twitter et Instagram, dont tu peux trouver les liens vers mes profils sur la colonne de droite sur le blog. J'y poste très souvent des photos de mes acquisitions du mois, et des séries que je regarde. 
   Enfin, je ne vais pas m'étendre plus avant là-dessus, voici le MVL du mois de décembre avec au programme : mes cadeaux de Noël, un bilan de mon Challenge Cold Winter, mes dernières séries regardées/commencées et un bilan de cette année 2016. Tu viens ?

Cadeaux de Noël


   Comme tu pouvais t'y attendre, pour une grande lectrice comme moi, j'ai naturellement reçu des livres pour Noël, et donc j'ai envie de te les partager ici parce que je suis vraiment très contente de mes acquisitions ! Alors les voici : 

 J'ai des proches très généreux.

   J'ai donc reçu : 
  • Noël à Virgin River de Robyn Carr
  • Cornes de Joe Hill
  • Conquérant de l'impossible de Mike Horn
  • Les Dames du lac, l'intégrale de Marion Zimmer-Bradley
  • Alice au Pays des Merveilles de Benjamin Lacombe
  • Alice de l'autre côté du miroir de Benjamin Lacombe
  • Wika, tome 1 : La fureur d'Oberon de Olivier Ledroit et Thomas Day
  • Wika, tome 2 : Les Fées noires de Olivier Ledroit et Thomas Day
Autant vous dire que j'ai été gâtée cette année, encore plus que l'an dernier, et pourtant mes parents m'avaient offert l'intégrale des tomes de Harry Potter aux éditions Gallimard Deluxe.

Challenge Cold Winter : Bilan


Je vous ai fait un article sur le Challenge Cold Winter de cette année, je ne reviendrai donc pas là dessus dans cet article, mais je vous laisse le lien pour que vous y jetiez un coup d’œil. Je suis très contente, parce que à ce stade du challenge, même avec tout ce que j'ai à faire, j'ai réussi à lire la moitié de la PAL que je me suis fixée. Je vais donc peut-être rajouter des livres dans mon challenge pour tenir jusqu'à fin janvier.
Pour l'instant, j'ai donc lu :


  • Objectif : Pôle Nord de nuit de Mike Horn
  • A Christmas Carol de Charles Dickens
  • Un Soir de décembre de Delphine de Vigan

Update séries



  • Westworld, saison 1
  • Brooklyn 99, saison 4
  • 2 Broke Girls, saisons 1-5
  • Friends, saisons 1-5 (encore en visionnage)

   Ces derniers mois je me suis un peu lâchée sur les séries : J'ai commencé plusieurs séries, dont Westworld début décembre, qui me plaît vraiment beaucoup, je vous en parlerai sur le blog bien assez tôt. J'ai continué Brooklyn 99 avec la saison 4 qui a commencé fin 2016. Mais alors en plus, j'ai englouti les 5 premières saisons de 2 Broke Girls et j'aurais pas pensé aimer autant cette série, surtout une de ses actrices principales, Kat Dennings. Et enfin, je me suis fait un petit plaisir : j'ai recommencé une de mes séries préférées, qui est Friends

Bilan de l'année 2016


   2016 marque l'année de l'ouverture de mon blog, enfin. J'en suis vraiment très heureuse, parce qu'il me permet de partager mes lectures avec vous, et même si vous êtes une très petite communauté, vous me remplissez de joie avec vos messages gentils, vos encouragements, tous vos "grâce à Gaëlle j'ai découvert ce livre" ça me touche énormément, et je suis ravie de vous être d'une aide quelle qu'elle soit. Je vous dis donc un immense merci avant tout. 
   Mars 2016, j'ouvre le blog. Depuis 2014, j'étais dans une panne de lecture qui me pesait beaucoup, car la lecture est une passion pour moi, et il était extrêmement frustrant de ne pas avoir envie de lire. J'erre alors sur Youtube, découvre des chaînes bien sympathique, et surtout, je fais connaissance avec Booktube. Et c'est la révélation pour moi : moi aussi, j'avais envie de parler de livres sur Internet, de partager mes lectures, de découvrir que je pouvais échanger moi aussi avec d'autres amoureux de la lecture. Cela m'a reboostée, et m'a redonné l'envie de lire. Je suis donc ravie aujourd'hui : je lis maintenant autant que je lisais auparavant, et en plus, je peux échanger avec vous, et ça c'est formidable. 
   Mais cette année, en plus du fait que je me suis remise à lire, j'ai découvert de nouvelles séries formidables, en ai recommencé d'autres, continué les anciennes, et ça, je le partage également avec vous sur le blog, et cela me ravit. 
   Enfin, j'ai vécu l'un des plus beaux moments de ma vie cette année, parce que j'ai découvert un pays que je rêvait de visiter, et qui est un de mes pays préférés à présent : le Canada. J'ai eu la chance de faire un voyage là-bas de près de deux semaines, en Ontario et au Québec, et il n'y a pas un jour où je ne pense pas aux beaux moments que j'ai passé là-bas, où un moment où j'envisage pas sérieusement d'aller vivre à Montréal. C'est un des beaux cadeaux que la vie m'a faites, et j'en suis heureuse. 

   Je voudrais terminer ce bilan de l'année 2016 très positif par un récapitulatif de mes coups de cœur livresques de l'année : 

  • Aeternia, tomes 1 et 2, de Gabriel Katz
  • La Passe-Miroir, de Christelle Dabos
  • Charley Davidson, de Darynda Jones
  • Phobos, de Victor Dixen
  • Objectif : Pôle Nord de nuit de Mike Horn
  • The Book of Ivy de Amy Engel
  • Le collier rouge de Jean-Christophe Rufin
  • Les Gens heureux lisent et boivent du café de Agnès Martin-Lugand
  • Le Chat philosophe de Kwong Kuen Shan
  On dit au revoir à 2016. Cette année aura été pleine d'émotions, et elle laisse sa place à un 2017 encore meilleur, espérons-le.

 

vendredi 30 décembre 2016

Un soir de décembre

Auteure : Delphine de Vigan
Edition : Points 
Parution originale : 2006
Genre : Contemporain
   Résumé : Quarante-cinq ans, une femme, deux enfants, une vie confortable, et soudain l’envie d’écrire, le premier roman, le succès, les lettres d’admirateurs… Parmi ces lettres, celles de Sara, empreintes d’une passion ancienne qu’il croyait avoir oubliée. Et qui va tout bouleverser. Au creux du désir, l’écriture suit la trajectoire de la mémoire, violente, instinctive et trompeuse.


   Ayant lu No et moi et Les Heures souterraines il y a quelques mois, et adoré mes deux lectures, je me suis réservée Un soir de décembre pour... décembre, justement. Oui, je suis parfaitement originale, je sais.
   Un soir de décembre raconte l'histoire de Matthieu Brin, un quarantenaire, papa de deux enfants et marié à Elise, qu'il a rencontré à l'université. Il est écrivain, et son premier roman ayant rencontré un immense succès, cela l'encourage à commencer son deuxième roman. Seulement, comme beaucoup d'écrivains avant lui, la question à se poser, c'est : qu'écrire à présent ? Alors que Matthieu sombre peu à peu dans les plis et replis de son esprit, abandonnant de plus en plus sa famille, les lettres d'admirateurs s'amassent, et parmi elles se trouvent celles de Sara, une jeune femme que Matthieu connaît et qui va se dévoiler peu à peu au fur et à mesure de l'épistolaire.
 
   Je suis assez mitigée à propos de ce roman. La plume acérée et efficace de l'auteure me plaît toujours beaucoup. Delphine de Vigan a le don de révéler et cristalliser toutes les souffrances et tous les désirs de ses personnages d'un coup de plume bien taillée. L'analyse de ses personnages est très bien amenée et les passions humaines retranscrites avec finesse.
   En revanche, j'ai trouvé l'histoire extrêmement banale et plate. Malgré son statut d'écrivain, et cette histoire que Matthieu a avec Sara, le personnage principal a une vie très planplan et même carrément ennuyeuse. Seules les lettres de Sara qui ponctuent l’œuvre viennent relever le tout, et je pense que c'est dans l'écriture de ces lettres que Delphine de Vigan s'est le plus amusée car son style y explose. Sans ces lettres et cette envie de connaître le dénouement, j'aurais peut-être arrêté ma lecture au milieu du roman.
   De plus, le roman intègre des sujets auxquels je suis très sensible et il faut être prudent pour en parler avec moi, et notamment la question de l'adultère. Delphine de Vigan l'aborde du point de vue des deux personnages qui l'ont commise, ce qui est assez singulier.

   C'est finalement un livre dont je n'ai pas forcément apprécié l'intrigue, j'ai d'ailleurs été bien contente de le terminer et je ne le relirai pas. Cependant la plume de Delphine de Vigan est toujours un petit bijou, et rien que pour cela ça valait le coup de le lire.

lundi 26 décembre 2016

5 lieux de romans pour y passer Noël | TOP 5 SPECIAL NOËL

   Salut toi !

   J'aime beaucoup interagir avec vous sur les réseaux sociaux, surtout sur Twitter ( c'est pour ça qu'il faut me follow en cliquant sur ce lien pour suivre mon actu !) et il y a quelques temps je vous ai demandé ce qui vous plairait de voir sur le blog pour marquer Noël. Il s'agit de ma fête préférée dans l'année, alors il me semblait important de marquer le coup avec un article. Vous m'avez dit que ça vous plairait que je vous propose un top des meilleurs endroits de roman pour y fêter Noël, alors le voici. C'est parti !

   Le Terrier dans Harry Potter de JK Rowling


   

   J'ai conscience de parler vraiment souvent de Harry Potter. En même temps cette saga me suit depuis toujours et me suivra sans doute toute ma vie, donc oui, elle fait partie de mon mode de vie. En réalité je pourrais faire ce top uniquement en citant des endroits de Harry Potter (Poudlard, Pré-au-Lard, le 12 Square Grimmaurd, etc...) mais le Terrier est sans doute mon endroit préféré de cette œuvre. C'est la maison des Weasley où Harry est invité quasiment chaque été depuis son entrée à Poudlard, et elle est si chaleureuse ! Etant fille unique, je ne connais pas cette ambiance des fratries nombreuses, qui se chamaillent, qui se réunissent tous ensemble pour déjeuner, ou au coin du feu les soirs d'hiver. Je suis comme Harry finalement, face à cette fantastique famille, et passer Noël avec eux, dans cette maison, serait sans doute merveilleux.

Narnia dans Le Monde de Narnia de CS Lewis




   Je vous défie de me dire que vous n'avez jamais souhaité voir apparaître ce lampadaire à travers vos manteaux et vos robes au fond de votre armoire, quand vous étiez petit. Moi oui en tous cas. Le Monde de Narnia me fait rêver depuis toute petite. Je veux dire. Un grand lion magnifique qui parle. Un royaume enneigé depuis 100 ans et une méchante reine à combattre. Une jeune fille qui a un don pour le tir à l'arc. UN FAUNE. Vous mélangez le tout, et ça donne un truc fabuleux. Il manque plus qu'un certain bonhomme barbu un peu enrobé et vêtu de rouge et de blanc passe dans un traîneau tiré par des rennes, et c'est bon, ça devient la plus belle fête de Noël qui soit. 

Lucky Harbor dans Lucky Harbor de Jill Shalvis



   Je ne vous ai pas encore parlé de Lucky Harbor sur le blog, mais j'aime beaucoup cette petite romance contemporaine très fraîche et sympathique. En plus, le premier tome se passe à la période de Noël, c'est donc parfait. Ce n'est pas pour rien que j'ai mis une image de Stars Hollow dans Gilmore Girls pour illustrer, Lucky Harbor me fait clairement penser à cette petite ville d'une de mes séries préférées : petite, tout le monde se connaît, tout le monde est gentil, on a l'impression d'y être hors du temps. Et quand il y neige, c'est un moment de magie qu'on a envie de partager avec tous ceux qu'on aime. 

Le Camp des Sang-Mêlés dans Percy Jackson de Rick Riordan



   Je suis très friande de la mythologie grecque, et de la période de Noël. Percy Jackson présente l'un, et allie les deux dans le tome 3, Le Sort du Titan. Je suis assez comblée avec cette saga pour le coup. En plus, Percy est un de mes crush littéraires depuis que j'ai 13/14 ans. Mais fêter Noël au milieu de cette bande de demi-dieux (en passant ça voudrait dire que je suis une fille de dieu ou déesse grecque aussi, ce qui est plutôt plaisant n'est-ce pas) dans cette ambiance mythologique et avec des personnages géniaux, c'est assez alléchant je trouve. Mais bon, il faut aimer la mythologie grecque. 

Le château de la Bête dans La Belle et la Bête de Madame de Villeneuve



   Je ne sais pas si je dois rajouter quelque chose en fait. JE VEUX LA BIBLIOTHÈQUE DE CE CHÂTEAU. Comment ça, cela n'a rien à voir avec le sujet de cet article ? Bon. Mais sinon, vous avez vu la salle de bal du château de la Bête ? Vous pouvez imaginer donner une réception de Noël dans cette salle ? Parce que moi, très certainement, oui, et ce serait génial. Bref, quelle meilleure façon de passer Noël ? 

Et voilà, ce top des meilleurs endroits où fêter Noël est terminé ! Alors j'ai bien conscience que quand cet article sera posté, les fêtes de Noël seront sans doute terminées, mais peut-être que vous pourriez déjà réserver vos tickets pour l'année prochaine, à l'une ou l'autre de ces soirées ? Soyez sûrs de m'y retrouver, car je serai présente à TOUTES. Ce seront les meilleures fêtes de Noël du monde.

mercredi 21 décembre 2016

La Quête d'Ewilan, tome 2 : Les frontières de glace

Auteur : Pierre Bottero
Edition : Rageot
Parution originale : 2003
Genre : Fantasy
    Résumé : En Gwendalavir, Ewilan et Salim partent avec leurs compagnons aux abords des Frontières de Glace pour libérer les Sentinelles garantes de la paix. Ils repoussent en chemin les attaques de guerriers cochons, d’ogres et de mercenaires du Chaos, résolus avec les Ts’liches à tuer Ewilan, mais se découvrent un peuple allié : les Faëls. Salim se lit d’amitié avec une marchombre aux pouvoirs fascinants, tandis qu’Ewilan assoit son autorité et affermit son Don. Mais pour prétendre délivrer les Sentinelles, elle devra d’abord percer le secret du Dragon.
   Ça faisait longtemps que je n'avais pas enchaîné deux tomes d'une saga aussi rapidement : à peine j'avais fini le tome 1 de La Quête d'Ewilan que j'achetais les tomes 2 et 3 et que je continuais ma lecture avec Les frontières de glace. Retrouver l'univers et l'écriture de Pierre Bottero m'a fait du bien (vous vous souvenez, j'ai pratiquement tout lu de cet auteur et il me manquait cette trilogie-ci) et c'est avec plaisir que je retrouve Camille et sa joyeuse petite bande.
   Ce tome 2 surpasse le tome 1. Il y avait déjà beaucoup d'action et de révélations dans D'un monde à l'autre, mais alors là je ne savais vraiment plus où donner de la tête. Camille est attachante, mais c'est une vraie petite tête de mule, et on a beau lui dire de faire attention avec ses pouvoirs et de les contrôler, elle n'en fait qu'à sa tête, et les utilise même sans réfléchir. Alors forcément, ses ennemis, qui sont dotés d'un flair surpuissant, la localisent très facilement à chaque fois qu'elle entre dans les Spires, et là, c'est la galère. Il y a des scènes de combat partout, ils sont assaillis par tous les flancs, et on a si peur pour chacun des personnages qui marchent sur le fil du rasoir, qu'on tourne les pages frénétiquement.
   Ce que j'ai particulièrement aimé, et vous commencez à me connaître maintenant donc vous devez vous en douter un peu, ce sont les relations entre les personnages. Le groupe de Camille est très soudé, chacun se sauve mutuellement, ce qui forme des amitiés parmi les plus belles que j'ai lu dans ma vie. J'aime particulièrement tout un chapitre qui se passe entre Ellana et Salim, qui est pour moi une magnifique amitié.
   J'ai été très étonnée par certaines choses qui se passent dans ce livre, surtout vers la fin. Pour moi, ce sont des scènes qui auraient pu se passer milieu de tome 3, mais qui se passent à la fin du tome 2, et j'aime particulièrement quand les choses se goupillent de cette façon, car ça veut dire que l'auteur va bien plus loin que ce qu'il pourrait faire, il va au-delà de ce que le lecteur imagine, et arrive à le surprendre.

   Ce tome 2 est donc une excellent suite qui augure tellement de bonnes choses pour la suite et fin, et j'ai hâte de la découvrir.

samedi 17 décembre 2016

A Christmas Carol

Auteur : Charles Dickens
Edition : Folio Bilingue
Parution originale : 1843
Genre : Conte
   Résumé : Le soir de Noël, un vieil homme égoïste et solitaire choisit de passer la soirée seul. Mais les esprits de Noël en ont décidé autrement. L'entraînant tour à tour dans son passé, son présent et son futur, les trois spectres lui montrent ce que sera son avenir s'il persiste à ignorer que le bonheur existe, même dans le quotidien le plus ordinaire.

   Vous vous souvenez de ces courts métrages de Disney avec Mickey, Donald, Dingo, Picsou, et toute leur bande, qui passaient le soir du réveillon de Noël ? Personnellement, j'attendais ça avec encore plus d'impatience que l'ouverture des cadeaux ou le repas du réveillon, et d'ailleurs je me souviens que mon père me les enregistrait sur des cassettes avec le magnétoscope pour que je puisse les revoir plus tard, et je crois que je possède encore les cassettes. Et bien, dans ces séries de courts métrages, il y en a un que j'aimais plus que les autres : Le Noël de Mickey. C'est une adaptation des studios Disney du conte le plus célèbre qu'à écrit Charles Dickens : A Christmas Carol, ou Un Chant de Noël en français. Depuis toute petite, chaque année à Noël, je regarde Le Noël de Mickey, et cette année, je me suis lancée pour la première fois dans la lecture du conte original. Et puisque je possède l'oeuvre dans une édition bilingue, j'ai pu la lire en anglais.

   Je pense que nous connaissons tous dans les grandes lignes l'histoire de ce conte : Ebenezer Scrooge, un vieil homme riche et égoïste qui travaille à la City (la Wall Street du Royaume-Uni) refuse l'invitation de son neveu à venir passer cette fête futile et inutile qu'est Noël chez lui, et passe la soirée seul. Mais le fantôme de son associé, Marley, mort sept ans plus tôt, vient le visiter et le conjurer de changer ses manières et devenir gentil. Après cette entrevue, les fantômes des Noël passés, présents et futurs viennent montrer la magie de Noël à Scrooge, qui devient après cela le plus gentil des hommes.
   Un Chant de Noël est donc un conte incontournable de Noël, car il incarne les valeurs de cette fête : le bonheur de se retrouver en famille ou entre amis, et partager de bon moments avec des personnes qu'on aime ; la joie de voir chaque année que des personnes nous aiment et pensent à nous, que des personnes se préoccupent de nous. Noël, c'est la source de chaleur autour de laquelle nous nous réunissons tous, dans la froideur glacée de l'hiver et la nuit du mois de décembre. 

   La plume de Dickens est très facile à lire. C'est la première fois que je lis un auteur anglais du XIXè siècle dans sa langue d'origine en entier, et je n'ai presque pas eu besoin de me référer à la traduction sur la page d'à côté. Elle est simple, sans fioritures inutiles, mais avec des détails saisissants, très sensoriels, qui nous permettent de nous plonger au cœur de cette fête de Noël décrite dans ce conte : on sentirait presque l'odeur de la dinde, entendrait les chants de Noël, le bruissement du papier cadeau déchiré, les cris de joie des enfants.

   C'est une lecture très agréable, que je referai sans doute chaque année à présent, pour rajouter une tradition à cette période de l'année.

dimanche 11 décembre 2016

La Belle et la Bête

Auteure : Gabrielle-Suzanne de Villeneuve
Edition : Folio 2€
Parution originale : 1740
Genre : Conte
   Résumé : " Le monstre se fit entendre.
Un bruit effroyable, causé par le poids énorme de son corps, par le cliquetis terrible de ses écailles et par des hurlements affreux, annonça son arrivée. En voyant approcher la Bête, qu'elle ne put envisager sans frémir en elle-même, la Belle avança d'un pas ferme, et d'un air modeste salua fort respectueusement la Bête. Cette démarche plut au monstre et, se retournant vers la Belle, il lui dit : "Bonsoir, la Belle".
    
   La Belle et la Bête, avec Mulan et Le Roi Lion, fait partie de mes films d'animation Disney préférés, tous confondus, les nouveaux comme les anciens. C'est donc avec un peu de honte que je me rends compte que je n'ai pas lu beaucoup de livres et réécritures de ce conte, à part celle de Madame Leprince de Beaumont, découverte il y a deux ans lors de ma première année en fac de Lettres, et celle de Madame de Villeneuve, que je présente ici, découverte au collège celle-ci. 
   Et pour l'instant, entre ces deux versions que j'ai lu, je n'en ai pas trouvée une que j'ai réellement aimée, autant que j'aime la version de Disney. Je ne suis pas très fan du style un peu trop poussé et pompeux de Madame de Villeneuve, qui peut nous distraire de l'histoire, ce qui est dommage. Je me suis très souvent rendue compte, au cours de ma lecture du conte pourtant pas si long, que je lisais distraitement, sans vraiment faire attention aux mots, surtout dans la seconde partie du conte, qui était vraiment trop tirée par les cheveux même pour la pré-ado à l'imagination débordante que j'étais à l'époque. 
   Cependant, le personnage de Belle reste celle que j'aime, simple, compatissante, tolérante. j'ai beaucoup aimé l'idée du rêve qui apparaît à la Belle avec ce bel Inconnu. Cependant, la Bête, un personnage que j'aime énormément même (et surtout) sous sa forme bestiale, apparaît trop peu dans la première partie du livre, il reste en retrait, dans l'ombre des murs de son château. Je reste cependant ravie de m'être replongée dans cette histoire que j'aime tant, que j'ai pris le temps de relire pour cette chronique.

samedi 10 décembre 2016

Objectif : Pôle Nord de nuit

Auteur : Mike Horn
Edition : Pocket
Parution originale : 2008
Genre : Non fiction, Témoignage, compte-rendu d'expédition
   Résumé : Mike Horn a tenté l’aventure la plus dangereuse de sa vie : rallier le pôle Nord en hiver, sans assistance ni ravitaillement. Deux mois de traversée dans un noir total, sur une glace d’une redoutable minceur, peuplée par les ours blancs, où les montagnes de blocs géants alternent avec les étendues d’eau noire et glacée.
Parce que personne ne peut réussir cet exploit en solitaire, ils sont deux : Mike, l’explorateur de tous les défis, et Borge Ousland, le légendaire Norvégien pour qui la banquise n’a pas de secrets. Comment ces deux aventuriers de l’extrême vont-ils survivre dans un environnement hostile et inhumain où l’on flirte perpétuellement avec la mort, où la vie de l’un est en permanence entre les mains de l’autre ?
En repoussant toujours plus loin leurs propres limites, Mike Horn et Borge Ousland ont été les premiers à réussir l’impossible.

"Être là, debout à cet endroit exact, c'est abolir le temps... C'est être à toutes les heures du monde à la fois... C'est remonter le temps... C'est se trouver dans toutes les vies de la planète... C'est se tenir véritablement sur le toit du monde... C'est le début et la fin d'absolument tout."

   C'est la première fois que je présente un livre de ce genre sur le blog, mais il faut savoir que je suis très friande des livres et romans de nature writing (j'en parlais dans mon article sur les classiques avec le Walden de Henry David Thoreau). J'arrive un peu à la bourre sur ce coup-ci, puisque ce livre date de 2008, mais l'autre jour je suis tombée sur ce livre de Mike Horn, qui en plus de raconter son expédition trépidante dans l'Arctique, est parfait pour la saison hivernale et cette première lecture du Cold Winter Challenge.
   Dans ces pages, Mike Horn nous raconte l'aventure la plus dangereuse de toute sa vie, qu'il partage aux côtés de son ami le norvégien Borge Ousland : rallier le Pôle Nord depuis le cap Arkticheskiy, en hiver, de nuit, sans assistance ni ravitaillement. Un défi impossible à relever seul, qu'ils ont décidé d'accomplir à deux.
   Le livre se décompose en deux parties : une première dans laquelle Mike décrit minutieusement les préparatifs de l'expédition, et la deuxième, l'expédition elle-même. Une première partie peut-être un peu longue, qui prend un bon tiers du livre, mais est nécessaire pour bien mesurer la colossale expédition et l'incroyable exploit que les deux amis s'apprêtent à faire. Car du fond de son canapé, dans la chaleur et le confort de son foyer, difficile de s'imaginer très exactement à quel point le plus petit morceau d'équipement doit être d'une efficacité optimale pour maximiser les chances de réussite de l'expédition. Nous le savons, évidemment, mais comme nous savons qu'une distance de 384 400 km sépare la Terre de la Lune : nous ne sommes pas capable de l'appréhender sans y être vraiment confrontés. Pendant cette première partie, nous pouvons constater également le profond amour qui uni l'aventurier à sa famille, qui est à la fois sa motivation à partir, et celle de revenir.
   Puis vient la partie de l'expédition elle-même. Dès le moment où ils ont posé le pied sur la banquise, j'en ai eu le souffle coupé. Mike et Borge sont partis pour une traversée de 1000 km, à pied, de nuit, sur la banquise, à travers l'Arctique. 1000 km, si vous avez du mal à imaginer ce que ça fait, c'est la distance qui sépare Perpignan de Dunkerque, soit la longueur maximale de la France. En résumé, ça fait beaucoup de pas et d'ampoules aux pieds. Et le tout, dans le noir complet, puisque, malgré leurs lampes frontales, ils ne voient que jusqu'à quelques mètres devant eux. A chaque pas que font Mike et Borge, ils ont des centaines de risques de frôler la mort : risque que la glace encore fine au début de l'hiver ne cède sous leur poids, risque qu'un ours ne surgisse dans la nuit et leur vole leur nourriture/les attaque, que le froid les engourdisse jusqu'à la mort, etc... au-delà du risque qu'ils prennent seulement en marchant, ils doivent affronter des trous d'eau libre qu'ils doivent traverser à la nage, munis de combinaisons étanches, et remettent constamment leurs vies entre les mains de la Nature.
   En parlant de la Nature, Mike Horn profite de ce témoignage d'expédition pour lancer un appel à tous ceux qui le lisent à propos de l'écologie, et en particulier du réchauffement climatique : il s'alarme souvent des températures qui jouent au yo-yo, et oscillent entre des froids très intenses (jusqu'à -50°C), mais également des températures anormalement hautes (jusqu'à -4°C en plein Arctique, en plein milieu du voyage !), obligeant les ours polaires à monter jusqu'à la latitude 87° qui est normalement une latitude à laquelle les ours sont perdus, mais à laquelle à présent ils cherchent désespérément leur nourriture, qui n'existe pas puisque ce n'est pas leur habitat naturel. C'est au Pôle où l'on peut le plus se rendre compte à quel point l'état de notre planète est lamentable, et cela à cause de nous, à cause de l'Homme, et c'est inadmissible. Même si je le faisais déjà avant, ce livre me donne encore plus envie de faire attention à ma planète et d'être encore plus écolo. Et je vous prie instamment de faire pareil, sinon, nous sommes perdus.
   Cette expédition est aussi le moyen qui a encore plus rapproché ces deux aventuriers et amis, qui sont devenus des frères. Cette expédition est le ciment qui a consolidé leur amitié, au vu de l'intimité qu'ils ont dû partager, des aventures et risques qu'ils ont pris ensemble, des choses qu'ils se sont appris l'un à l'autre, Mike et Borge sont devenu infiniment et pour toujours liés par leur parcours ensemble et la magie du Pôle Nord. Je suis extrêmement admirative, moi qui serait incapable d'accomplir de telles choses, de l'exploit quasi impossible qu'ont fait Mike et Borge, et je n'ai pas pu m'empêcher de laisser couler des larmes sur mes joues, larmes que je n'ai pu retenir, au terme de leur voyage.

https://buffyslibrary.blogspot.fr/search/label/Coup%20de%20c%C5%93ur

dimanche 4 décembre 2016

Blanche Neige

Auteur : Jacob et Wilhelm Grimm
Edition : Folio
Parution : 1812
Genre : Conte
   Résumé : Un jour naît une enfant à la peau si blanche, la bouche si rouge et aux cheveux si noirs qu'elle était la plus belle enfant du royaume. Lorsque sa belle-mère, rongée par la jalousie, envoie le chasseur pour la tuer, Blanche Neige s'enfuit dans la forêt et trouve la cabane des sept nains. 




   J'ai revisionné récemment le film d'animation Disney Blanche Neige et les sept nains, que j'apprécie beaucoup à la base, et j'ai eu envie de lire le conte original, que j'ai dans un recueil des contes de Grimm, trouvé récemment dans une librairie d'occasion.
   J'ai beaucoup aimé ce conte, qui retrace l'histoire de Blanche Neige, jeune fille traquée par sa belle-mère pour le seul crime d'être plus belle qu'elle. Je l'ai cependant trouvée bien idiote par rapport au personnage de Disney, car par trois fois la méchante reine tente par différents stratagèmes de la tuer, et les trois fois, de la même façon. Elle n'apprend pas de ses erreurs et se laisse bien trop mener par ses sentiments plutôt que par sa raison. C'est sans doute là la morale de l'histoire j'imagine.
   Je ne peux pas m'empêcher de faire la comparaison avec le film Disney, qui était ma seule référence de ce conte jusque là, et je trouve cette version vraiment très fidèle au conte original. Je suis toujours très surprise et circonspecte face à ces personnages de contes qui se déclarent leur amour cinq minutes après avoir posé les yeux l'un sur l'autre et se marient dans la foulée, c'est d'ailleurs pour cela que je lis peu de contes de ce genre d'habitude, mais j'ai quand même beaucoup apprécié ma lecture. Bien sûr, je ne me suis pas formalisée du sexisme présent dans cette œuvre, en replaçant le conte dans le contexte de l'époque, c'est assez normal malheureusement. La fin est, comme souvent, bien plus cruelle dans le conte original que dans le film Disney, quoique celui-ci soit assez traumatisant tout de même (la transformation de la méchante reine, la mort de la méchante reine) mais alors cette mort dans le conte, est bien pire que ce qu'on puisse imaginer.
   C'est un conte très court, la petite dizaine de pages se lit très facilement et très rapidement, le temps de boire un thé par exemple. Et puisque le conte se trouve dans le domaine public, il est facilement trouvable en lecture gratuite sur Internet, juste ici, quoique cette version soit un peu différente de celle que j'ai lue. Alors, c'est une autre raison pour vous lancer dans cette lecture !

Cendrillon

Auteur : Jacob et Wilhelm Grimm
Edition : Folio
Parution : 1812
Genre : Conte
   Résumé : A la mort de sa femme, le père de Cendrillon se remarie avec une méchante femme qui vient s'installer avec ses deux méchantes filles. La pauvre Cendrillon trouve alors sa place en tant que servante dans la famille, jusqu'au jour où le prince du royaume organise un bal pour trouver sa femme.






   Dans ma lancée sur mes lectures des contes de Grimm, je me tourne maintenant vers le conte Cendrillon. J'ai étudié l'an dernier avec la fac la version de Charles Perrault, et j'étais curieuse de voir ce que les Frères Grimm ont bien plus en faire.
   J'ai beaucoup aimé ma lecture du conte, à ma grande surprise. En effet, ma seule référence de cette histoire, c'est celle de Disney, qui n'est pas mon film préféré de leurs productions. Ce conte est assez différent pour le coup, et comme très souvent, un peu plus "gore" que la version édulcorée "pour les enfants".
   J'ai été assez en colère contre le père de Cendrillon à ma lecture. En effet dans ce conte, le père est toujours vivant, et il laisse la belle-mère et les filles traiter sa propre fille comme une moins que rien. Il a sans doute peur de sa femme machiavélique, suffisamment avide de pouvoir pour pousser ses propres filles à se mutiler pour tromper le prince et qu'il fasse de l'une d'elles sa fiancée, mais je le trouve d'autant plus lâche, et la lâcheté, chez mes personnages de livres, est un aspect qui m'insupporte et me dégoûte au plus haut point.
   J'admire en revanche le courage et la persévérance de Cendrillon, qui possède toutes les vertus du monde et est une enfant très endurante, j'ai beaucoup aimé ce personnage.
   Les Frères Grimm ont contourné le problème de la pantoufle de "verre/vair" en transformant la chaussure de Cendrillon en pantoufle en or, c'est un passage qui m'a fait sourire compte tenu de l'ardent débat autour de ce sujet chez les spécialistes des contes.
   J'ai vraiment bien aimé ce conte, qui est très rapide à lire, et très facile. Tombé dans le domaine public, vous pouvez le trouver facilement et gratuitement en cliquant ici.

mercredi 30 novembre 2016

Crazy ex Girlfriend, saison 1 | Chronique Série

Titre original : Crazy ex Girlfriend
Créée par : Rachel Bloomet Aline Broch McKenna
Genre : Comédie musicale
Origine : USA
Première diffusion : 12 octobre 2015
Sur : CW (USA)
Vue en : VOSTFR
S'étend sur : 18 épisodes
Statut : Terminée depuis le 18 avril 2016
Avec : Rachel Bloom, Santino Fontana, Vincent Rodriguez III, Donna Lynne Champlin

   Pitch : Rebecca Bunch se fait larguer par son copain de colonie de vacances, Josh Chan, lors du dernier jour et a du mal à s'en remettre. Des années plus tard, elle est une brillante avocate à New York, et le destin fait qu'elle croise par hasard Josh, qui s'apprête à déménager à West Covina, en Californie. Rebecca décide de tout plaquer et de déménager là bas pour commencer une nouvelle vie. 
   J'ai une immense joie à vous présenter Crazy ex Girlfriend aujourd'hui. Je vous ai déjà dit que je n'étais pas vraiment friande des séries de la CW, sauf pour The 100, qui est un petit bijou. Mais laissez-moi vous dire que Crazy ex Girlfriend, c'est de l'or pur. La CW est en train de se rendre compte qu'il faut qu'elle varie un peu sa production, et ça marche plutôt bien.
   La série tourne autour de la vie d'une jeune femme d'une trentaine d'années, Rebecca Bunch, Quelques années avant que la série commence vraiment, son copain de colo, Josh, la quitte le dernier jour des vacances, parce que c'est comme ça que se termine tout amour de vacances. Elle a évidemment le cœur brisé, et on la retrouve quelques années plus tard, devenue une brillante avocate tout droit sortie de Harvard, travaillant dans un prestigieux cabinet d'avocat, le jour où elle doit recevoir une promotion. Elle a clairement et totalement réussi dans sa vie professionnelle, pourtant, on sent qu'il lui manque quelque chose de l'ordre de la vie privée, car elle a consacrée tout son temps à son métier. Et comme par hasard, c'est ce jour là qu'elle tombe sur Josh Chan qui passe juste devant son cabinet d'avocat. Elle voit cela comme un signe du destin, alors elle décide de tout plaquer pour aller s'installer à West Covina, en Californie, là où Josh vit. Tarée, vous dites ? Non, pas vraiment. Rebecca est en fait une femme triste au fond d'elle-même, malgré sa façon d'être très excentrique et enthousiaste, elle est en manque d'amour et de reconnaissance de ceux qu'elle aime. Sa quête de l'amour et du bonheur qui la mène en Californie va lui permettre de s'en rendre compte et de reprendre sa vie en main.

   Si d'après le titre de la série, et aussi ceux des épisodes, dans lesquels le nom de Josh apparaît à chaque fois (Josh's girlfriend is very cool !, I hope Josh will come to my party !) et font penser que toute la série pourrait tourner autour d'un seul homme, poursuivi par son ex tarée et encombrante, on pourrait s'attendre à trouver pleins de clichés sexistes, qui seraient bien évidemment péjoratifs envers les femmes, mais il n'en est rien du tout. Au contraire, la série joue avec ça au maximum pour faire passer des messages féministes dans chaque épisode, et autres allusions à des tests comme celui de Bechdel, qui est un test pour démontrer par l'absurde comment toute production scénarisée est centrée sur le genre masculin des personnages, mais cette série montre aussi avec beaucoup d'humour comment certaines choses comme les injonctions à la beauté et à la minceur sont rudes envers les femmes, etc.


   La série comporte d'ailleurs parmi son casting assez restreint un nombre conséquent de personnages féminins tous différents physiquement. Rebecca est une jeune femme avec quelques rondeurs qu'elle assume pleinement, Paula est une femme grosse, mais son personnage n'est pas défini par son poids, Valencia est une femme mince, etc... Certes, on trouve moins de diversité que dans une série comme Orange is the new black bien sûr, mais sur un casting plus restreint cela reste remarquable. Et aucune d'entre elle n'est définie par son physique, et c'est important à souligner.

   De plus, la série est assez innovante sur certains points. D'abord, c'est une comédie musicale, ce qui implique que chaque épisode comporte son lot de chansons. Ce sont d'ailleurs des numéros très variés : pièces dignes d'un spectacle de Broadway, scènes que l'on pourrait glisser dans un film avec Fred Astaire, battle de rap, parodies de clips vidéos, etc, ce qui signifie aussi que l'on ne s'ennuie jamais. 



    C'est d'ailleurs surtout dans ces moments musicaux que l'on peut apprécier pleinement tout le talent de chacun des acteurs de cette série. Rachel Bloom par exemple est une artiste accomplie, elle est une excellente actrice, chanteuse, danseuse, et elle sait rapper (et pas que les carottes), et chacun de ces acteurs devrait être plus reconnus pour son talent considérable.
    La série alterne entre intrigue totalement intradiégétique (c'est-à-dire "à l'intérieur de la diégèse", de l'histoire), et numéros musicaux pendant lesquels elle brise totalement le quatrième mur et montre au spectateur qu'elle sait qu'elle est une série : adresses directes au spectateur, regards face caméra... C'est aussi principalement dans ces numéros musicaux que la série dénonce tout le sexisme dont notre société est imprégnée (même si ce n'est pas le seul sujet qu'ils soulèvent), comme une des premières chansons du premier épisode, The sexy getting ready song, qui dénonce les injonctions à la minceur et à la beauté faites aux femmes, quand les hommes peuvent se permettre de se rendre à un rendez-vous sans même prendre une douche. (clique sur le gif pour accéder à la vidéo, cette lâcheuse a pas voulu s'uploader)

https://www.youtube.com/watch?v=hkfSDSfxE4o

   Cela donne une illusion de complicité entre le spectateur et sa série, et fait qu'il s'attache plus facilement et rapidement aux personnages. En tous cas, c'est mon avis, et mon ressenti.

   Crazy ex Girlfriend est une série très fraîche, avec des personnages très touchants et attendrissants, et soulève des points importants, comme l'amour, l'amitié, la quête du bonheur et comment l'atteindre, etc. Ce sont des questions que l'on se pose certainement tous, et cette série y répond en toute simplicité et avec une touche d'humour. Vous en devenez accro très vite, car elle est très addictive, et je ne doute pas un instant que toutes les chansons finiront sur votre MP3 un jour ou l'autre. Je conseille vivement de l'essayer, car vous allez vite adopter Rebecca, ainsi que sa folie.
  
https://buffyslibrary.blogspot.fr/search/label/Coup%20de%20c%C5%93ur

samedi 26 novembre 2016

Cold Winter Challenge 2016 | CHALLENGE

   Salut toi ! 
   J'ai mis du temps à sortir cet article parce que je n'ai constitué ma PAL qu'il y a peu, mais je participe évidemment à cette session du Cold Winter Challenge ! C'est mon petit plaisir chaque hiver, mon petit bonbon, j'y participe chaque année depuis qu'il a été créé, et cette année j'ai le plaisir de vous en parler ici sur le blog. 



   Il a été créé par l'ancienne blogueuse Antonine, et repris cette année par Margaud et Moody, des blogs et chaînes Youtube Margaud Liseuse et Moody take a book. Je vous laisse par ici l'article de cette session du challenge que vous pouvez trouver sur le blog de Margaud. 

T'es bien gentille Gaëlle, mais ça consiste en quoi ton truc ?


   Bon, mais venons-en au fait. Le challenge Cold Winter, quoi que c'est ? C'est un challenge qui a lieu chaque année en hiver, du 1er décembre jusqu'à la fin du mois de février. Cette année, Margaud a raccourci la durée du challenge, qui se finit le 31 janvier 2017. A partir de là, on prépare sa petite PAL spéciale hiver, on remplit les tasses de thé et fait chauffer les plaids pendant deux mois, en se faisant plaisir niveau lectures, et en partageant ou non avec les copains/copines du groupe Facebook "Cold Winter Challenge" ou avec le hashtag #ColdWinterChallenge sur les autres réseaux sociaux. 


   Cette année, Margaud nous a préparé 2 petits menus sympa et faciles à tenir. On en peut choisir un, ou les deux si on est gourmands (partage mon article si t'as commencé ton calendrier de l'Avent avant la date prévue toi aussi) qui sont :
  • "Montagne enneigée", qui consiste à lire au moins deux livres dont la thématique principale est le froid, la neige, l'hiver, etc, et ;
  • "La magie de Noël", qui consiste à lire deux livres au moins dont l'intrigue se déroule pendant les fêtes de fin d'année. 
Pour ma part, j'ai choisi "Montagne enneigée". Je dois donc choisir obligatoirement deux livres sur ce thème, le reste de la PAL est libre. 


Et donc toi, Gaëlle, t'as choisi quoi comme livres ?

  
   Bon, je ne vous fais pas languir plus longtemps, et je vous présente tout de suite ma PAL : 



  • Un soir de décembre de Delphine de Vigan
  • La Ronde des saisons, tome 3 : Un diable en hiver de Lisa Kleypas
  • A Christmas Carol de Charles Dickens
  • Croc-Blanc de Jack London
  • Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson
  • Objectif : Pôle Nord de nuit de Mike Horn
   En résumé, il va faire froid dans ma PAL cette année, mais je me réserve le droit d'intégrer un ou deux livres supplémentaires en cours de challenge pour en adoucir les températures. J'espère que vous participerez aussi à ce challenge si spécial à mon cœur et qu'on passera tous ensemble un bel hiver !

______________

Bilan du challenge :


   Avec un total de quatre lectures, dont au moins deux sur le thème de "Montagne enneigée", cette édition 2016/2017 du Cold Winter Challenge est donc une réussite ! J'aurais pu terminer ma PAL, vu que j'en étais rendue à 3 livres lus à la moitié du challenge, mais j'ai fait une pause pendant le mois de janvier pour continuer et découvrir des séries qui me tiennent à cœur, dont A Series of Unfortunate Events et The Fall, entre autres. J'ai donc fini Croc-Blanc de justesse, fin janvier, quelques heures avant le jour de mon anniversaire ! Vous pouvez découvrir l'historique de mes lectures en jetant un coup d’œil aux titres de romans barrés juste au-dessus de ce bilan. 
   En tous cas, ce fut une belle session du challenge cette année encore, j'ai découvert de nouveau de super lectures, et j'espère rajouter à ma PAL de l'an prochain certains livres que j'ai découvert dans vos PAL ! A l'année prochaine pour ce challenge, et continuez de faire de belles découvertes livresques ! Je vous embrasse mes petits loups ;)
 


vendredi 25 novembre 2016

Ce qui nous lie

Auteure : Samantha Bailly
Edition : Milady
Parution originale : 2013
Genre : Romance, Fantastique
   Résumé : Alice a un don. Les liens entre les individus lui apparaissent sous forme de fils lumineux. Un phénomène inexplicable qu’elle a appris à dissimuler... et à utiliser pour démasquer les hommes infidèles et venger les femmes trompées. Mais au fond, Alice aspire à retrouver une vie «normale», celle du bureau, des collègues et des relations simples. Son nouveau job dans un cabinet de recrutement semble lui offrir tout cela, et plus encore.
Parmi les personnalités variées qui cohabitent dans l’open space, elle rencontre Raphaël, chasseur de têtes et de cœurs, un homme inaccessible qui ne la laisse pas indifférente. Le seul dont Alice n’arrive pas à percevoir les liens.
   Cela faisait tellement longtemps que ce roman était dans ma PAL et que j'osais pas l'en sortir que je me suis dis que j'allais le lire pour le dernier Weekend à 1000 de l'année. Il y a des livres comme ça, on vous dit tellement de bien dessus et on les élèvent tellement aux cieux pour vous convaincre de les lire, que vous n'osez pas, tout simplement, par peur d'en attendre trop et d'être déçue. je suis heureuse de ne pas avoir été déçue par ma lecture de mon tout premier Samantha Bailly.
 
   Je m'attendais à une énième romance cucul quand j'ai ouvert le livre au départ, avec un fond de fantastique avec le pouvoir d'Alice pour faire un peu original. Et puis, ça avait un peu trop un côté Twilight le truc du "oh mon dieu je suis tellement obsédée par toi parce que je n'arrive pas à te percer à jour avec mon pouvoir" mais en réalité il n'en est rien.
   Alice est un personnage en pleine reconstruction d'elle-même. Elle ne sait plus trop où elle en est dans sa vie depuis un évènement fâcheux qui lui est arrivée et l'a totalement bouleversée, et qui lui a fait naître ce pouvoir très étrange de lire dans les relations humaines. Alors, par souci de vengeance et pour faire un pied de nez à la vie qui lui a tout pris, elle décide de s'en servir pour délier les relations d'hommes infidèles et "aider" les femmes trompées. Du moins, c'est ce qu'elle pense à ce moment-là, elle pense que cela l'aide et aide ces femmes. Elle va découvrir plus tard que ce n'est pas aussi simple que cela.

   Le roman est très intelligemment construit à mon avis. Chaque fin de chapitre donne envie de tourner la page suivante et d'en commencer un autre, notamment grâce aux sauts dans le temps. Ceux-ci permettent d'en apprendre sur le passé d'Alice, et sur les circonstances de la venue de son pouvoir, qui reste un des aspects principaux de ce roman. Ils permettent également d'en apprendre sur son futur, en en révèle assez pour qu'on comprenne la situation, mais suffisamment peu également pour que le lecteur se pose des questions et ait envie de continuer à lire pour y répondre.
 
   L'histoire d'amour que raconte ce roman reste somme toute classique, mais l'auteure m'a quand même surprise à plusieurs moments, surtout sur la deuxième partie du roman en réalité. Je pense que le personnage d'Alice a enfin une réaction normale de jeune fille de 20 ans quand elle est confrontée à une relation telle que celle qu'elle entretient avec Raphaël, alors que je trouve la réaction d'autres filles de romans que j'ai lu un peu incohérente. Personnellement, en tous cas, je suis plutôt pragmatique sur les choses de l'amour. Si la personne en face de moi est trop compliquée, trop baratineuse ou qu'elle me fait trop mal, je passe à autre chose assez rapidement. C'est pas forcément facile, mais c'est plus sain et je le sais. Mais j'y arrive aussi parce que je suis bien dans ma tête et dans mon corps. Ça n'a pas toujours été ainsi, mais ça l'est maintenant. Mais ce n'était pas le cas d'Alice au début du livre. Elle évolue énormément au cours du roman, et je me reconnais beaucoup en elle du coup. Je pense que c'est pour ça aussi que j'ai beaucoup aimé ce roman, parce que je me reconnais enfin pleinement dans un personnage féminin de mon âge, dans un roman. 

   Ce qui nous lie est un roman vraiment très touchant, plein de sentiments, qui crée un contraste avec la plume de l'auteure, qui peut être cassante. C'est le premier roman de Samantha Bailly que je lis, je n'ai donc aucun autre support pour comparer, mais Samantha Bailly aime apparemment les phrases nominales, les phrases constituées d'un seul mot, qui peuvent créer un rythme saccadé et sec parfois, un peut coupant, comme si le style de l'auteure lui-même tentait de couper les liens qui unissent les gens et qu'Alice peut voir, comme si tout au long du roman, le personnage d'Alice, par sa façon tranchante de narrer son histoire, tentait de se débarrasser inconsciemment de son pouvoir. C'est un style d'écriture que j'ai beaucoup apprécié cependant, et que j'ai trouvé cohérent et très approprié.

   Je conseille donc la lecture de Ce qui nous lie, parce que c'est un roman qui fait du bien, une bouffée d'air frais dans une vie de lecteur, qui saura je le pense, vous séduire et vous emporter complètement.

mercredi 23 novembre 2016

Sélection de livres à offrir pour Noël

    Salut toi !
   Je sais pas toi, mais quand le mois de décembre commence à pointer le bout de son nez, moi je commence à avoir un sourire jusqu'aux oreilles et à vouloir emplir mon chez-moi de décos de Noël, d'un sapin bien garni, d'odeurs de clémentines et de chocolats chauds à la cannelle, ou boire un bon thé chaud et lire un bon livre auprès d'un feu de cheminée qui crépite. Vous aussi ? Mais c'est formidable ! Alors que diriez-vous de vous joindre à moi ? ... Comment ? Je ne vous entends pas... Oh, vous me dites que Noël vous stresse parce que vous n'avez pas d'idées de cadeaux à offrir ? Pas de panique ! Je vous ai concocté une petite sélection de livres à offrir ou à mettre dans votre wishlist de Noël pour cette année, avec toutes sortes de livres, et pour toutes sortes de lecteurs ! Alors, tu viens ? 

  Alice de l'autre côté du miroir de Lewis Carroll, illustré par Benjamin Lacombe


    L'an dernier sortait le Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll auquel Benjamin Lacombe a magnifiquement prêté ses pinceaux, mais le dessinateur ne s'est pas arrêté à ce volume. Fin novembre sortira le deuxième tome illustré, Alice de l'autre côté du miroir. Cette sublime édition ravira petits et grands, et donne une belle occasion aux parents de faire découvrir à leurs enfants cette merveilleuse histoire. Il est déjà en précommande sur le site de la Fnac, et sortira le 30 novembre prochain. 






 

Harry Potter et la Chambre des Secrets de J.K. Rowling, illustré par Jim Kay


   Si vous n'avez pas encore craqué pour les éditions illustrées par Jim Kay de cette célèbre saga qu'est Harry Potter, je ne sais pas ce que vous attendez. Le premier tome illustré est sorti à l'automne 2015 et est une vraie petite merveille. La suite des aventures de Harry et ses amis dans ce petit bijou est tout aussi belle et bien illustrée que dans le premier tome. Là aussi, belle façon pour des parents de faire découvrir à leurs jeunes enfants cette saga chère au cœur de nombreuses personnes.







Frida de Benjamin Lacombe et Sébastien Perez


   Nouvelle collaboration de Benjamin Lacombe et Sébastien Perez, ces derniers rendent hommage à cette grande icône de l'art mexicain qu'est Frida Kahlo. Victime d'un accident jeune, celle-ci se retrouve paralysée, et il ne lui reste donc plus que la peinture, et les correspondances avec ses amants. Avec une succession de pages découpées et un texte poétique, les deux artistes nous immergent dans l'art et les profondeurs de l'âme de Frida. Le livre est déjà précommandable sur le site de la Fnac et sortira le 23 novembre.







La Quête d'Ewilan, tome 4, BD, de Lylian, Laurence Baldetti et Pierre Bottero


   Cela fait quelques temps maintenant qu'une collaboration est née entre Lylian et Laurence Baldetti pour créer une BD qui retracerait toute l'histoire de La Quête d'Ewilan, et nous voici ici au tome 4. C'est un très bel objet-livre, qui vous fera (re)plonger avec bonheur dans l'univers magnifique de Pierre Bottero, ce livre est un indispensable sous votre sapin.









Percy Jackson de Rick Riordan


   Je profite du fait que cette année Le Livre de Poche a sorti de nouvelles éditions de la célèbre saga Percy Jackson, pour vous conseiller une série de livres qui me tient énormément à cœur. Celle-ci retrace les aventures du demi-dieu Percy Jackson et de ses amis dans notre monde actuel, qui est en fait peuplé de dieux grecs.  C'est rempli d'humour, d'action, on apprend plein de choses sur la mythologie grecque, les héros sont intéressants et touchants, bref, qu'attendez-vous pour (re)découvrir cette saga ? Dans la même lignée, vous avez le livre illustré de Percy Jackson et les héros grecs que vous pouvez mettre sous votre sapin les yeux fermés. 







Miss Peregrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs


   Et oui, avant d'être le nouveau film de Tim Burton sorti au cinéma dernièrement, Miss Peregrine et les enfants particuliers est un livre à la base. Et un très beau livre. Des pages en papier glacé, des photos en noir et blanc, le livre en lui-même est tellement lourd qu'on peut faire des haltères avec, au moins. La saga comporte trois tomes, soit trois fois plus de plaisir ! Et si vous possédez déjà les livres et que vous avez vu le film, peut-être craquerez-vous pour les BD Miss Peregrine...  









Le petit livre pour apprendre à dire non (à la violence) de Serge Bloch


   Apprendre à dire "non", ce n'est pas toujours facile. Surtout dans notre monde où les gens ne comprennent pas le caractère catégorique d'une réponse telle que "non". C'est pourquoi il est important je pense d'apprendre dès leur plus jeune âge à nos enfants à s'affirmer et à leur faire comprendre qu'il y a des choses inacceptables, comme la violence, et leur apprendre à y faire face. Ces deux petits livres tendres avec des images touchantes sont parfaits pour l'éveil de l'enfant. 

La Fille du Train de Paula Hawkins


   La Fille du Train, c'est LE polar qui s'est vendu comme des petits pains ces derniers mois. On le voit partout, des gens le lisent dans le tram (oui, je dis tram, pas métro, parce que j'habite Bordeaux, et à Bordeaux, nous avons le tram, na.), dans la rue, je le vois sur la blogosphère, à tel point que ça me donne envie de sortir de ma zone de confort et de tenter de nouveau l'expérience du polar. Parce que, à part Dennis Lehane, j'en lis pas beaucoup, oups. Mais du coup je me devais de le mettre dans cette sélection, c'est un livre phare du moment, surtout avec la sortie du film adapté du roman.







Chanson douce de Leïla Slimani


   Leïla Slimani est depuis cette année la lauréate du prix Goncourt 2016, et que ce soit une femme qui gagne le prix Goncourt cette année, j'avoue que la féministe qui est en moi hurle de plaisir. Je n'ai pas encore lu ce livre pour ma part, mais il faut bien que je sorte des prix littéraires dans ce classement, car il va forcément figurer en tête des livres qui se vendent le plus en France grâce à ce statut. Je vous conseille donc ce livre, car les prix littéraires sont souvent une valeur sûre. 









Hirondelle, coccinelle et quelques autres


    Ce petit livre illustré est sorti en 2015, mais je ne pouvais pas m'empêcher de le mettre dans cette sélection. C'est un petit livre jeunesse avec des illustrations pleines de légèreté et de douceurs qui émerveilleront les petits comme les plus grands, avec des textes poétiques et des images riches en couleurs. A mettre entre les petites mimines de vos enfants impérativement.










La Valse des arbres et du ciel de Jean-Michel Guenassia


   Un livre qui parle de Vincent Van Gogh, qui se situe dans son univers, voilà qui devrait ravir tous les amateurs d'art et d'histoire de l'art. Un roman sur le dernier amour de Vincent Van Gogh, son histoire avec Marguerite Gachet, jeune femme qui se sent étriqué dans son corps de femme au XIXè siècle. Un livre qui montre les conditions de la femme au XIXè siècle, et une représentation assez fidèle de Van Gogh grâce aux nombreuses recherches de l'auteur. Un livre à mettre entre les mains des amateurs de l'art de ce grand peintre. 







Le simplissime, le livre de cuisine le plus facile du monde

  
   Ce livre est un véritable Graal de la cuisine, à mettre entre les mains de tous les amateurs de cuisine, de recettes simples mais savoureuses. Ce livre montre la recette que vous voulez essayer étape par étape, photo par photo, pour vous aider à vous rendre compte de l'endroit où vous en êtes dans votre recette, pas à pas, et ainsi réussir tous vos plats ! C'est pas merveilleux ? Le Simplissime existe également pour les recettes light.











   Et voilà pour cette petit sélection de livres à mettre sous le sapin le 25 décembre prochain ! J'espère vous avoir donné des idées et que vos soirées au coin du feu seront plus agréables avec de jolis livres et de belles histoires !
Je vous laisse voguer sur les pages de belles lectures, et je vous fais des bisous mes p'tits loups ! :)

samedi 19 novembre 2016

Victoria, saison 1 | Chronique Série

Titre original : Victoria
Créée par : Daisy Goodwin
Origine : Royaume-Uni
Première diffusion : 28 août 2016
Sur : ITV (UK)
Vue en : VOSTFR
S'étend sur : 8 épisodes
Statut : En production
Avec : Jenna Coleman, Tom Hughes, Catherine Flemmings, Daniela Holtz, Nell'Hudson, Ferdinand Kingsley, Tommy Knight, Eve Myles, David Oakes, Paul Rhys, Adrian Schiller, Peter Firth, Alex Jennings, Rufus Sewell...
   Résumé :  Le début de la vie de reine de Alexandrina Victoria, nouvellement appelée Victoria, depuis son accession au trône à l'âge de 18 ans jusqu'à son mariage avec le prince Albert et la naissance de son premier enfant.
   Je me suis lancée au début dans cette nouvelle série pour une raison peut-être un peu futile : Jenna Coleman joue le rôle principal. Et Jenna Coleman, c'est aussi l'actrice qui joue Clara Oswald, mon personnage préféré d'une de mes séries préférées : Doctor Who. Il faudra que je vous parle de Doctor Who un jour. Mais pour l'instant, parlons de Victoria.

   Victoria est une sorte de série historique/biopic sur la reine qui donne son nom à la série, qui a régné sur le Royaume-Uni, le Canada et l'Australie, fut Impératrice des Indes et créa l'Institut de Torchwood (ah, non, ça aussi c'est dans Doctor Who décidément, tout est lié). Je n'en connais pas assez sur cette reine et sur son règne pour commenter le côté historique de la série, mais j'ai tout de même l'impression que, pour l'instant, la série suit assez fidèlement le cours de la vie de Victoria.
   J'ai beaucoup aimé cette série grâce aux décors et costumes somptueux. On peut dire que la série est très soignée de ce côté-là, car visuellement, la photographie de cette série est sublime. De plus, les acteurs sont tous excellents, avec un jeu impeccable.


   J'aime beaucoup le personnage de Victoria. A peine sortie de l'enfance, la jeune fille se retrouve à devoir assumer le gouvernement de tout un pays. Mais cela ne va pas suffire à l'effrayer pour autant, car Victoria va se battre bec et ongles, notamment contre ses oncles et sa mère pour pouvoir gouverner elle-même et choisir seule ses propres conseillers. Elle va faire des erreurs, bien sûr, mais apprendre de celles-ci, et va acquérir un peu d'expérience grâce aux conseils avisés de Lord Melbourne (Rufus Sewell), surnommé affectueusement par Victoria "Lord M".
   Je suis un peu mitigée en revanche sur le personnage du Prince Albert. Au premier abord, je l'ai adoré. Déjà, et très futilement, parce que Tom Hughes est particulièrement joli à regarder, mais aussi parce qu'il avait une façon d'être que j'appréciais beaucoup. Et enfin, la scène de danse avec Victoria n'y est pas pour rien dans mon affection du jeune homme. Mais après, il y a eu le mariage avec Victoria. Et c'est là qu'il a commencé à devenir râleur et pleurnicheur. C'est un aspect de sa personnalité qui m'a rebutée quelque peu. D'autant plus à cause d'une certaine scène qui m'a abasourdie, dans laquelle il semble ne pas laisser le choix à Victoria sur le moment où ils devraient avoir des enfants. Compte tenu du contexte de l'époque, je n'en tiens que peu rigueur, mais j'avoue que la femme moderne qui est en moi a été quelque peu bouleversée.


   Il y a un aspect que je ne comprends pas dans cette série en revanche, c'est pourquoi on donne autant d'importance aux personnages des domestiques. Attention, je ne dis pas que la vie de domestiques n'est pas importante. Le problème, c'est que cette série a pour sujet de raconter la vie d'une reine. C'est ça, et seulement ça, le sujet. J'ai l'impression que la série a voulu surfer sur le succès d'une autre série britannique historique, qui est Downton Abbey. Et dans cette série là, ça fonctionne, le fait de raconter la vie des domestiques, car ça fait partie intégrante du sujet de la série. Mais pas dans Victoria. J'avoue m'être totalement désintéressée de l'histoire de Miss Skerrett, et m'être un peu tourné les pouces chaque fois qu'elle apparaissait à l'écran, car j'aurais préféré que la série se concentre uniquement sur Victoria et ses histoires politiques et privées. A voir si ces deux histoires se rejoignent dans la saison 2, et si l'histoire des domestiques sert véritablement l'intrigue à l'avenir.


   Outre ce petit souci que j'ai eu avec la série, je vous conseille fortement cette première saison, très bien jouée, avec de bons acteurs, de beaux décors, et une trame historique intéressante quoiqu'il en soit. Elle est en plus très courte, comme souvent avec les séries britanniques, elle ne comporte que 8 épisodes pour l'instant. Je pense que chacun peut trouver son compte das la série Victoria.

La Belle au bois dormant

Auteur : Jacob et Wilhelm Grimm
Edition : Folio
Parution : 1812
Genre : Conte
   Résumé : Un roi et une reine qui n'arrivait pas à avoir un enfant, eurent un jour le bonheur d'avoir une fille. Elle eut pour marraine des fées qui firent don de merveilles. Mais une vieille fée aigrie de n'avoir pas été invitée jette une malédiction à l'enfant : quand elle aura quinze ans, elle se piquera le doigt à un fuseau et mourra.





   Ce conte des frères Grimm est une réécriture du conte de Perrault paru près de deux siècles auparavant. Et celui-ci est bien différent de l'original. 
Premièrement, il est bien plus court. La version de ce conte que je possède est long d'à peine 6 pages, c'est dire à quel point il est succinct. Ma chronique ne sera donc pas vraiment plus longue. 
   En réalité, j'ai l'impression que dans cette version du conte, les auteurs ont voulu aller au plus court. En effet, ce conte est très simple, voire simpliste. Et pour le coup, il s'arrête à la première partie, laissant de côté la deuxième partie sur la mère du prince, et se finit sur le mariage du prince et de la princesse. 
   Il n'y a toujours pas de prénom par ailleurs, ce qui me pertrube toujours autant car je suis habituée aux noms du film Disney. 
   Je ne peux pas dire grand chose de plus sur ce conte, tellement il est court. Si vous avez lu la version de Perrault, lisez aussi celle des frères Grimm, celle-ci a basculé dans le domaine public et est facilement trouvable en lecture libre sur Internet, en cliquant ici, et se lit en un quart d'heure à peine.

Compteur Livraddict

Bannière Livraddict

Compteur Betaseries

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...