mardi 31 mai 2016

La Sélection, tome 1 : La Sélection

Auteur : Kiera Cass
Edition : Robert Laffont
Collection : R
Parution : 2012
Genre : Dystopie, Romance

Résumé : 35 candidates. 1 couronne. La compétition de leur vie.
Quand la dystopie rencontre le conte de fées !

Dans un futur proche, les États-Unis et leur dette colossale ont été rachetés par la Chine. Des ruines est née Illeá, une petite monarchie repliée sur elle-même et régie par un système de castes. Face à la misère, des rebelles menacent la famille royale. Un jeu de télé-réalité pourrait bien changer la donne...
Pour trente-cinq jeunes filles du royaume d'Illeá, la « Sélection » s'annonce comme l'opportunité de leur vie. L'unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre une vie de paillettes. L'unique occasion d'habiter dans un palais et de conquérir le cœur du jeune Prince Maxon, l'héritier du trône. Mais pour America Singer, qui a été inscrite d'office à ce jeu par sa mère, être sélectionnée relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure ; quitter sa famille et entrer dans une compétition sans merci pour une couronne qu'elle ne désire pas ; et vivre dans un palais, cible de constantes attaques de rebelles...
Puis America rencontre enfin le Prince. En chair et en os. Et tous les plans qu'elle avait échafaudés s'en trouvent bouleversés : l'existence dont elle rêvait avec Aspen supportera-t-elle la comparaison face à cet avenir qu'elle n'aurait jamais osé imaginer ?
    Ce premier tome de La Sélection, je suis partie dessus dans l'optique que c'était un mélange de Hunger Games et d'un conte de fée. Je veux dire, "téléréalité" "futur proche" "ruines des Etats-Unis" "35 candidates, 1 couronne", ça réveillait en moi des échos du résumé du premier tome de Hunger Games.
   Et puis, comment résister à cette couverture somptueuse ? Je devais sortir ce premier tome de ma PAL.
   J'ai passé un agréable moment de lecture avec ce premier tome, qui n'est certes pas très transcendant, mais qui se laisse lire.

   Comme je l'avais prévu en commençant ma lecture, on sent l'inspiration de la trilogie de Suzanne Collins, ce qui prouve notamment que Kiera Cass a de bons goûts en matière de lecture. Quoi ? Comment ça, j'ai un parti pris ? Tout ça parce que Hunger Games est mon Top 1 en matière de dystopie YA ? Pff. 
   Ce dont j'avais peur, c'est que la ressemblance entre les deux œuvres supplante la spécificité de la trilogie de Kiera Cass, et que celle-ci soit médiocre, ce qui n'est pas le cas en ce qui concerne ce premier tome.
   Puisque nous sommes de l'autre côté du mur, c'est-à-dire, du côté des "oppresseurs" plutôt que des "opprimés", on ne ressent que peu la dimension dystopique de la trilogie, ce que j'espère viendra dans les prochains tomes. On ressent la colère d'une partie du peuple, car ce que l'on appelle ici "les Renégats" s'introduisent régulièrement dans le château, soit pour voler des choses et saccager, soit pour essayer de tuer la famille royale ainsi que les Sélectionnées.
   Ce premier tome est plus axé sur la romance, mais pas d'une façon mièvre ou niaise, ce que j'apprécie beaucoup. Celle-ci s'opère évidemment surtout, dans ce premier tome, entre notre personnage principal, America, et le prince Maxon. America ne voulait au départ pas faire partie de la Sélection, car cela signifie quitter son fiancé avec lequel elle avait déjà des projets de vie et de mariage. Sauf que c'est ledit fiancé qui la pousse à participer à la Sélection, et America a le cœur brisé pendant une bonne partie du premier tome. Et manque de bol, Maxon, le prince, qui visiblement aime les challenges, a jeté son dévolu sur notre personnage principal, qui ne veut évidemment pas de son amour.
   America est une fille de caractère, elle n'a pas peur de dire ce qu'elle pense, même aux plus hautes instances du royaume. Alors évidemment, avec sa personnalité indocile et non malléable, on se demande à chaque page si elle ne va pas quitter la Sélection plus tôt que prévu, cela arrive à plusieurs reprises de se dire que ça y est, c'est fini, elle va devoir rentrer chez elle.
   Maxon est un amour. Il est ultra prévenant, et on se demande souvent si quelque part cette histoire de Sélection ne le mettrait pas mal à l'aise. A plusieurs reprises il explique à America qu'il est prêt à mettre fin à la Sélection si c'est ce qu'elle veut.
   L'intrigue ne laisse pas de place aux longueurs, les 300 et quelques pages de ce premier tome se lisent vite, je l'ai lu en un après-midi cet hiver.
   J'ai été un peu déçue par certains personnages trop stéréotypés, par exemple Céleste, qui est là en gros pour être la garce du concours. Un peu comme dans la série UnREAL dans laquelle Quinn a absolument besoin d'une "garce" pour que son show télévisé fonctionne. Bah là c'est pareil. J'ai l'impression que Céleste n'était là que parce qu'à chaque show télé, il faut une garce sans relief. C'est quand même assez dommage.
   Ce que je trouve également regrettable, c'est le peu de descriptions. Ça ne semble pas vraisemblable, en vérité. Mettons que je suis comme America, une fille pratiquement sans le sou, qui fait partie de ces gens de la société qui sont invisibles, et que je vis une vie de misères. Bon, et bien, le jour où je mets les pieds dans un château, je peux vous dire que je reste bouche bée devant tant de magnificence et de richesse. J'aurais envie de remplir des pages et des pages de descriptions pour pouvoir m'en souvenir si par malheur je devais quitter la compétition. Et là, presque rien. On ne voit rien du château, pas de description de la maison d'America, chez elle, ni des jardins du château, ni du château lui-même. C'est un monde flou, sans dimensions. Il manque quelque chose pour apprécier pleinement sa lecture. Et évidemment, le côté dystopique me manque également.

   Néanmoins (comme Voldemort) (oui, je sais, cette blague a déjà été faite un million de fois) (c'est ma chronique, j'fais c'que j'veux) c'est tout de même un premier tome assez agréable à lire, et la fin donne envie de connaître la suite.

   Je vous souhaite d'excellentes lectures, et à bientôt pour une prochaine chronique !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...