jeudi 30 juin 2016

10 héroïnes de littérature badass | TOP 10

   Salut à tous !

   J'ai décidé d'ouvrir cette nouvelle rubrique sur mon blog, car j'ai envie de vous parler de personnages de romans. C'est ce que je préfère dans les livres : les personnages, leurs interactions, leur évolution, etc... Et à parler uniquement de livres en général, je me focalise pas assez sur ce que j'aime vraiment dans la lecture. Avec ces Top 10, je vais pouvoir à chaque fois citer une dizaine de personnages de romans de chaque catégories, et les livres dont ils sont issus, ainsi que les arguments qui valident le pourquoi je les ai choisis. Je commence aujourd'hui avec un Top 10 héroïnes badass. Je tiens à préciser qu'il n'y a pas d'ordre croissant ou décroissant, le fait que je mette un personnage en 1) plutôt qu'en 10) ne signifie pas qu'il est "plus que" ou "moins que". L'ordre est purement arbitraire.
C'est parti !

Hermione Granger de Harry Potter par J. K. Rowling

 

   Je ne pouvais pas faire ce top sans Hermione. C'est la première héroïne forte de roman à laquelle j'ai pu m'identifier. Hermione est très intelligente et studieuse, et n'a pas peur de se battre pour ses amis. Jamais Harry n'aurait pu s'en sortir sans elle. C'est vrai quoi, sans Hermione, Ron et Harry seraient morts dans un Filet du Diable dès le premier tome de la saga. Hermione est souvent la voix de la sagesse dans le trio, elle a souvent raison, comme quand elle soupçonne que le balai offert anonymement à Harry est envoyé par Sirius, et que par précaution elle demande à McGonagall de le tester. Elle fera toujours ce qu'elle estime être bon pour ses amis, même si cela implique qu'ils soient en colère ou qu'on la surnomme "Mme Je-Sais-Tout". Elle est également très têtue et persévérante, quand elle a un but, elle va jusqu'au bout, comme quand elle a voulu piéger Rita Skeeter pour ses articles répugnants, ou qu'elle met tout en oeuvre pour développer son association, la S.A.L.E. C'est génial d'avoir un personnage féminin aussi fort dans une saga littéraire classée jeunesse, pour que dès l'enfance les jeunes filles puissent s'identifier à ce genre de personnages.

 Hermione Granger, interprétée par Emma Watson dans Harry Potter et l'Ordre du Phénix, adaptation du roman par David Yates.

Lyra Belacqua de A la Croisée des Mondes par Philip Pullman

 

   Encore un autre personnage de saga littéraire classée jeunesse, mais peut-être un peu moins connu. Lyra est le personnage principal de la trilogie de Philip Pullman, A la Croisée des Mondes. C'est un peu une tête brulée, elle aime monter sur les toits et inventer des histoires qui font peur. Ah, et elle aime le Coca et les omelettes aussi. Lyra est un personnages génial parce qu'elle est forte sans être une machine de guerre non plus, elle est vraisemblable, c'est une jeune fille de 11 ans au début de la saga qui en a 13 à la fin, elle n'a jamais connu le monde extérieur, même si elle fait semblant que si. Elle peut parfois être en proie à la peur et aux doutes, mais toujours elle s'arme de courage et continue d'avancer. C'est ce genre de personnage qui porte le message que, peu importe ta taille, ton âge, ton genre, tu peux changer le monde et accomplir des choses.

Dakota Blue Richard interprétant le rôle de Lyra Belacqua dans l'adaptation La Boussole d'Or, du roman Les Royaume du Nord, de Chris Weitz.

Charley Davidson de Charley Davidson par Darynda Jones

 

   Charley a une particularité : c'est une Faucheuse, c'est-à-dire qu'elle voit des gens morts et peut les faire passer "de l'autre côté". Mais ça va, elle gère. En plus, c'est vachement pratique pour son métier, détective privée, car c'est toujours un avantage de pouvoir demander directement à la victime qui a fait le coup. Ah, et elle voue un culte au café aussi. Et à Reyes Farrow, le mec mystérieux et un peu dangereux, enfin elle croit, qui lui tourne autour. Du coup, pour supporter tout cela, il faut une sacrée dose d'humour et de cynisme. J'adore ce personnage, Charley est vraiment géniale : elle est têtue, drôle, et arrive toujours à ses fins. Tout ce que j'aime chez un personnage de roman. Et en plus, elle est hyper sexy. Oups. Bref, elle est fantastique.

 Couverture du premier tome de Charley Davidson, aux éditions Milady.

Elisabeth Bennett de Orgueil et Préjugés par Jane Austen

 

   Tournons nous un peu vers les classiques. On ne le sait pas si on n'en lit pas, mais dans les classiques écrits par des femmes, il y a de grandes héroïnes "féministes", même si le mot est un anachronisme pour l'époque. Peut-être est-ce d'ailleurs pour cela que notre gouvernement majoritairement composé de vieux hommes blancs ne met jamais d'auteures au bac littéraire depuis 20 ans, alors que la filière littéraire est majoritairement composée d'adolescentes mal dans leur peau et qui n'ont pas confiance dans leurs capacités ? (Non, j'arrêterai jamais de pester contre le patriarcat. C'est un fléau, comme toutes les formes d'oppression, c'est tout.) Bref. Jane Austen a écrit quelques romans dans lesquels il y a des femmes complexes et à fortes personnalités pour le XIXè siècle en Angleterre. Notamment Elizabeth Bennett dans Orgueil et Préjugés. Lizzie rit et parle fort, lance des piques à ces messieurs, remet à leur place les vieille dames conservatrices qui lui font la morale sur les femmes de sa famille, et c'est pour cela qu'on l'adore. Et que Mr Darcy tombe amoureux d'elle, aussi. Un vrai bon roman avec un message féministe qui dit que "You go, girl. Sois toi-même. Ris fort si ça te chante, fait du bruit, montre que tu es présente, ne t'efface pas derrière les hommes. Parce que tu vaux mieux que ça."

 Lizzie Bennett, interprétée par Keira Knightley dans l'adaptation d'Orgueil et Préjugés de Joe Wright.

Susan Pevensie du Monde de Narnia par C. S. Lewis

 

   J'aimais bien Le Monde de Narnia quand j'étais petite. Mais uniquement les livres. Enfin, j'aime bien les films, mais j'ai jamais compris pourquoi ils avaient commencé par le tome 2, puis le 4, le 5, sans jamais faire les autres. Bref.
   Susan est l'une des enfants Pevensie, la fratrie principale de la saga. Elle est la deuxième née, après Peter, le frère aîné qui ressemble à Fred de Scoubi Doo dans les films. En fait, Lucy, sa petite soeur, est aussi une petite fille très forte, mais Susan a une plus belle évolution, plus profonde. Au départ, elle est la jeune fille qui, en des temps durs (c'est la Seconde Guerre Mondiale) doit jouer son rôle de grande sœur et d'adulte alors qu'elle n'est qu'une jeune fille encore. Elle n'a pas le droit de rêver d'aventures, ou de liberté alors que sa famille est en danger. A Narnia, elle devient progressivement cette jeune fille brave qui a un don pour le tir à l'arc et aide à sauver le monde.

 Anna Popplewell dans le rôle de Susan Pevensie, dans l'adaptation du Monde de Narnia : Le Lion, La Sorcière Blanche et l'Armoire Magique de Andrew Adamson.

Sansa Stark de A Song of Ice and Fire par George R. R. Martin

 

   De l'univers de George R. R. Martin, je n'ai pas choisi l'héroïne la plus évidente. J'aurais pu parler d'Arya, de Daenerys, ou encore d'Ygritte ou de Brienne. Même de Cersei. Ou Margaery. Bref, beaucoup d'autres semblaient plus évidentes que Sansa.
   Mais j'ai envie de défendre Sansa Stark, parce que c'est un très bon personnage qui est trop souvent sous-estimé, parce que considéré comme faible.
   Sansa Stark n'est pas faible. Pour le comprendre, mettez-vous dans la peau d'une jeune princesse du Moyen Âge, qui a été élevée à coup de chansons chevaleresques et de cours de tissages, pour être docile, devenir la femme d'un chevalier et porter ses bébés, et ce dans un monde sexiste. Et qui a été élevée de façon à aimer son éducation, et à trouver normal que les filles soient éduquées à tisser des trucs et porter des bébés et les garçons à tuer des trucs et gérer des royaumes. Sansa a été élevée dans l'idée que la femme est moins forte que l'homme pour se battre. Dans ces conditions, tiendriez-vous ne serait-ce que 10 minutes dans la fosse aux lions Lannister ? Sansa, elle, a dû y tenir des mois. Et elle a dû y subir tant de choses, sans jamais avoir les armes pour répliquer ! Elle a vu sa louve se faire injustement tuée, elle a vu son père se faire décapiter sous ses yeux, a subi des tortures physiques et psychologiques, a dû mentir pour sauver sa peau et appeler son père et son frère aîné des traîtres, a enduré la mort de son frère et sa mère, a cru ses frères Bran et Rickon morts, a été accusée de meurtre, enlevée, mariée de force deux fois, violée plusieurs fois (ok, ça c'est dans la série, mais même), et finalement échappé à ses tortionnaires. Auriez-vous survécu à tout cela ? Non ? Parce que Sansa l'a fait, elle. Et sans aucune arme pour se défendre. She is bloody strong, vous voulez dire ! Certes, à présent elle est plus forte qu'elle ne l'a jamais été, mais ça n'empêche pas qu'elle l'a toujours été. Ce n'est pas parce qu'un personnage ne coupe pas des gorges à tout bout de champ qu'il n'est pas fort. Sansa est forte parce qu'elle est endurante, psychologiquement et physiquement, et parce qu'elle est intelligente, assez intelligente pour avoir dit et fait les bonnes choses aux bons moments pour survivre. Et maintenant, parce qu'elle n'a jamais abandonné, elle va enfin pouvoir se venger de tous ceux qui l'ont maltraitée un jour. Un peu comme Arya, Sansa a une liste dont elle va commencer à barrer des noms.


Sansa Stark, interprétée par Sophie Turner dans la série Game of Thrones, adaptation de A Song of Ice and Fire par David Benioff et Daniel B. Weiss.

Katniss Everdeen de Hunger Games par Suzanne Collins

 

    Comment ne pas parler de Katniss dans ce top ? Elle est une de mes héroïnes de romans préférées et je pense qu'on s'accorde tous à dire que c'est un personnage féminin fort, pour le coup. Katniss n'est pas du genre à réfléchir quand elle sait une personne qu'elle aime en danger, elle agi sans se soucier de se mettre elle-même en danger. Genre, à tous hasard, se porter volontaire aux Hunger Games pour sauver sa sœur d'une mort certaine. Ou encore se précipiter dans une jungle sans se soucier de ce qui l'attend dedans quand elle entend sa sœur crier. Ou encore... Bref, Katniss est du genre, au cœur de l'action, à agir instinctivement. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle se plonge dans une situation inextricable après avoir sorti une poignée de baies. Mais bon, c'est cette poignée de baies qui a soulevé son pays et qui l'a sauvé, alors...

 Jennifer Lawrence dans le rôle de Katniss Everdeen dans Hunger Games : Mockingjay, Part I, adaptation du roman par Francis Lawrence.

Claire Fraser de Outlander par Diana Gabaldon

 

   J'ai l'impression que ce top est tellement évident. Parce que là aussi, impossible de ne pas parler de Claire Beauchamp/Randall/Fraser/whatever her name. Je ne referai pas le pitch de Outlander, il y a déjà deux chroniques sur le sujet sur le blog. Claire a un tempérament de feu, ce qui est légèrement problématique quand on est une femme au XVIIIè siècle en Ecosse, chez des Highlanders en kilts fiers de leur virilité et de leur whisky. Elle parle fort, donne son avis même à ceux qui ne veulent pas l'entendre, conteste les propos d'hommes en public, et en gros, fait un peu ce qu'elle veut comme elle veut. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds, Claire, et il le faut bien, quand on vit avec un homme aussi têtu qu'elle l'est. Claire est un vrai role model, et je conseille vraiment Outlander à tout le monde.

 Claire Fraser, interprétée par Caitriona Balfe, dans l'adaptation Outlander du roman éponyme, de Ronald D. Moore.

Antigone de Antigone par Jean Anouilh

 

   Alors, je parle ici du personnage de Anouilh, pas celui de Sophocle, parce que je connais la version de Sophocle moins que celle d'Anouilh, que je connais par cœur pour le coup, et donc je maîtrise mieux le sujet. Mais c'est le même personnage, et la même intrigue dans les deux. J'ai connu quelques personnes qui m'ont dit penser qu'Antigone était une idiote, qu'elle aurait pu vivre, et qu'au lieu de ça, elle est morte stupidement. Qu'elle était lâche aussi, que c'était un prétexte pour ne pas affronter la vie. Je ne pense pas cela. Pour moi, c'est une preuve de la force du personnage. Premièrement, Antigone est un personnage qui ne renonce jamais à ses convictions, et ne renie jamais ses actes. Oui, mon oncle, c'est moi qui ai recouvert le corps de Polynice, oui, j'ai voulu lui offrir de dignes funérailles, parce que c'est mon frère. Parce que c'était la chose à faire, même si cela doit me coûter la vie. Ah vous me pardonnez ? Mais pourtant, vous n'avez pas à me traiter différemment parce que je suis votre nièce. Bon, j'accepte quand même. Comment ça, vivre veut dire que je dois renoncer à un bonheur pur et éternel ? Comment ça, je dois me contenter de petites touches de bonheur, par ci par là, comme des petites touches de lumière sur un tableau sombre, pas assez nombreuses pour illuminer le tableau entier ? Si c'est ça la vie, je n'en veux pas. Elle est comme ça, Antigone, entière, et ne renonce jamais à ses convictions. Elle a vu ce que la vie fait comme ravages, à travers sa famille, et ne veut pas endurer cette souffrance davantage. Elle est prête à tout pour ce qu'elle pense être la bonne solution, même à mourir pour ses idées. Je trouve que c'est très grand et noble, au contraire.

 Katy Ducker, interprétant le rôle d'Antigone, dans l'adaptation sur les planches de Antigone par Owen McCafferty

Madame de Merteuil des Liaisons Dangereuses par Choderlos de Laclos

 

   On parle ici d'un personnage qui est badass, mais du côté anti-héros des personnages. Madame de Merteuil est un personnage difficilement appréciable, mais très intéressant. En revanche, on ne peut pas nier qu'elle est vraiment badass. On parle là d'un personnage à la limite de la misandrie, "née pour venger son sexe" Lettre LXXXI, elle utilise son intelligence pour s'enfoncer dans la tromperie et conserver son indépendance. Tout le roman consiste en un jeu de "qui fait pipi le plus loin" en quelques sortes, entre Madame de Merteuil et le vicomte de Valmont, se racontant leurs conquêtes au fil des lettres qu'ils s'envoient, et surenchérissant l'un sur l'autre. Mais là où c'est un jeu aisé pour Valmont, homme dans un monde dominé par des hommes, Madame de Merteuil doit rivaliser d'ingéniosité pour jouer le même jeu sans se faire prendre elle-même à jouer. Son libertinage est sa façon d'être l'égale de l'homme. En plus, la marquise raconte dans certaines lettres, notamment la XX et la LXIII il me semble, quelque chose qui ressemble à de l'attirance pour Cécile de Volanges, ce qui fait d'elle un des premiers personnages bisexuels que j'ai rencontré dans un roman, et surtout un roman du XXIIIè siècle.  

Sarah Michelle Gellar, interprétant Mme de Merteuil dans Sexe Intention, adaptation du roman par Roger Kumble.

   C'est tout pour ce premier top ! J'espère qu'il vous a plu. Soyez libres de me confier vos propres héroïnes badass de romans dans les commentaires sous l'article si vous le souhaitez !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Compteur Livraddict

Bannière Livraddict

Compteur Betaseries

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...