samedi 25 juin 2016

La Sélection, tome 3 : L'Elue

Auteur : Kiera Cass
Edition : Robert Laffont
Collection : R
Parution : 2014
Genre : Dystopie, romance

Résumé : La Selection prend un ultime tournant. Quant à America, sa vie à changée pour de bon. Et elle est decidée à se battre. Pour Maxon. Mais d'autres concurentes se sont dangereusement rapprochées du prince. La seule solution: Riposter.
   Avec ce dernier tome, j'ai abandonné tout espoir de trouver une bonne dystopie dans cette trilogie, et je peux vous dire que ma lecture est tout de suite devenue plus agréable.
   Attention : Cette chronique a pour objet le dernier tome d'une trilogie. Afin de ne pas vous gâcher la surprise, je vous préviens que cette chronique comporte peut-être des spoilers. Vous pouvez d'abord lire mes chronique des tomes 1 et 2 en cliquant ici et . Pour ceux qui continuent, bonne lecture !

   J'ai beaucoup aimé la petite compétition qui se déroule entre America et Kriss, les deux seules finalement qui soient de réelles concurrentes dans la Sélection. America qui tente de se faire maîtresse de son destin, je dis oui ! Elle n'attend plus passivement que les choses se passent, elles se jette enfin dans la gueule du loup et riposte. Quelque chose a changé chez elle, elle n'est plus en proie au doute, elle a définitivement fait une croix sur Aspen et fait pleinement partie de l'Elite, ce qui clôt une intrigue, et pas la plus passionnante, donc nous sommes ravis !
   J'aime beaucoup le duo Maxon-America dans ce tome, là où dans le deuxième tome il n'y avait que peu de contacts entre eux, et presque aucune chaleur, ce qui m'avait assez déçue, entre autres choses. Ils sont totalement entichés l'un de l'autre, et ça se ressent, ça permet de souder le duo.
   Et évidemment, c'est dans le tome pour lequel j'ai fait une croix sur la dystopie, que la politique prend encore plus d'ampleur que dans les tomes précédents. La famille royale est de plus en plus touchée par les attentats contre le palais, et Maxon et America font une virée hors du château et contrent les ordres du roi, pour aller aider les Renégats. Mais comme d'habitude, cette intrigue-ci est bâclée pour faire une place plus grande à la romance, et au triangle amoureux entre Maxon et les deux Sélectionnées America et Kriss.
   J'ai été très surprise par un certain personnage que l'on a appris à détester tout au long des deux tomes précédents : Céleste. Elle se transforme complètement dans ce dernier tome, elle prend du relief, on se rend compte qu'elle n'est pas juste un stéréotype de garce, elle vaut beaucoup que ça. 

   La fin de cette trilogie est cependant assez décevante. Je m'attendais à ce qu'elle soit prévisible, évidemment, j'avais compris dès le départ qui serait la grande gagnante de la Sélection, ce n'est pas cela le problème. Je l'ai trouvée bâclée. La grande révélation faite à propos du père d'America ne sert finalement pas à grand chose pour l'intrigue. La grande bataille finale est très vite étouffée, certains personnages un peu embêtants pour les deux personnages principaux disparaissent d'une façon un peu trop pratique, et en quelques pages, tout est bouclé.
   Mais je me suis rendue compte de quelque chose. Ce que Kiera Cass nous propose comme étant une dystopie mêlée de conte de fée, n'est pas vraiment une dystopie. Dans une dystopie, des personnages opprimés se rendent compte de l'oppression et tentent d'y mettre un terme. Ici, les personnages sont, pour la plupart, des opprimés (America, Aspen, les Renégats...) qui évidemment se rendent compte de l'oppression, puisqu'ils en sont les victimes, mais au début de la trilogie, ils échappent à leur statut d'opprimés. America et Aspen passent de leur statut de Cinq et de Six pour devenir des Trois et des Deux. Donc, ils ne tentent pas d'y mettre fin, ils ont une autre mission dans cette histoire. Ce sont les autre finalement, les Renégats, qui se rebellent. Mais puisqu'on est du côté des oppresseurs, ces rebelles sont présentés comme les méchants de l'histoire.
   Et finalement, ce final que propose Kiera Cass, ce n'est pas vraiment un final. C'est le début de la fin pour l'oppression. Le prince Maxon, couronné roi, avec ses idées neuves, va commencer à y mettre un terme, après la fin de l'histoire.
   C'est un concept.
   Mais ce n'est pas celui que j'aurais voulu lire, malheureusement.
   Je suis globalement mitigée en ce qui concerne cette trilogie. Il y a de bonnes choses évidemment, mais je retiens également les côtés négatifs. Je ferai une chronique bilan de la trilogie dans quelques chroniques sur le blog, afin de clore ce triptyque une fois pour toutes.

   Je vous souhaite d'excellentes lectures, et à bientôt dans une prochaine chronique !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Compteur Livraddict

Bannière Livraddict

Compteur Betaseries

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...