jeudi 11 août 2016

Le Cercle des Poètes Disparus

Auteur : Nancy H. Kleinbaum
Edition : Le Livre de Poche
Parution originale : 1990
Genre : Drame

Résumé : Il fut leur inspiration.
Il a transformé leur vie à jamais.
A Welton, un austère collège du Vermont, dans les années 60, la vie studieuse des pensionnaires est bouleversée par l'arrivée d'un nouveau professeur de lettres, M.
Keating.
Ce pédagogue peu orthodoxe va leur communiquer sa passion de la poésie, de la liberté, de l'anticonformisme, secouant la poussière des autorités parentales, académiques et sociales.
  "We don't read and write poetry because it's cute. We read and write poetry because we are members of the human race. And the human race is filled with passion. And medicine, law, business, engineering, these are noble pursuits and necessary to sustain life. But poetry, beauty, romance, love, these are what we stay alive for."

   J'ai longtemps cru que le film Dead Poets Society était une adaptation du livre du même nom. C'est quand il m'est venu l'idée de faire cette chronique sur ce livre que j'ai lu au collège, quand j'ai cherché les petites infos pour remplir la fiche de l’œuvre que je fais habituellement à chaque début de chronique, que j'ai vu sur la page Wiki de l'auteure, Nancy H. Kleinbaum, "Inspiré du film Le Cercle des poètes disparus". Bon. Et bien je m'endormirai moins bête ce soir alors.

   Donc, le livre Le Cercle des poètes disparus est une adaptation du film des années 90 Le Cercle des poètes disparus, avec notamment à l'affiche le héros de mon enfance, Robin Williams, dans le rôle du professeur Keating, et dans le rôle de Neil Parry celui qui jouait Wilson dans Dr House, Robert Sean Leonard. Le film est aussi extraordinaire que son nom est pompeux, et c'est un de ces livres qui m'ont confortée dans mon choix de me consacrer à la littérature et aux livres dans mon métier futur. En partie grâce à la citation que je vous a mis en début de chronique. Les livres sont remplis d'émotions, de sentiments, de passion, et c'est ce pourquoi nous vivons.
   Alors, Le Cercle, de quoi ça parle ? C'est l'histoire d'une école, une école de garçons, l'élite des étudiants d'Angleterre, dont les familles dépensent des sommes astronomiques pour qu'ils puissent venir y étudier et devenir des médecins et des avocats réputés. L'école a un sens des valeurs et des traditions très conservateur, et on n'en attend pas moins de ses professeurs. Puis vient le jour où Mr Keating, ancien étudiant dans cette école, vient enseigner la littérature anglaise. Et il va balayer toutes les traditions, il va libérer ces futurs médecins et avocats de tous leurs préjugés quant à l'utilité de la littérature, les amener à penser et réfléchir par eux-mêmes.

   Je me permets une petite digression sur le film car je lui trouve tout de même plus de force, surtout grâce à l'interprétation de Mr Keating par Robin Williams. Mais l'adaptation en livre est tout de même assez bien retranscrite. On ressent que ces garçons sont des adolescents, tiraillés entre leurs sentiments, leurs pulsions, leur goût pour l'aventure et pour braver les interdits, et leur devoir envers l'école, la bonne conduite et les valeurs qu'ils doivent incarner. Notamment à travers les personnages de Neil, jeune homme qui aime le théâtre, écrire, participer aux activités de son école mais dont le père veut l'éloigner de toute distraction qui le détournerait de son avenir d'avocat, et Knox, amoureux d'une jeune fille et à qui il arrive de faire le mur pour la voir.

   Le Cercle des poètes disparus, c'est également la découverte de la littérature, des belles phrases, des jolis vers, de la poésie, par de jeunes hommes qui ont toujours vécus leurs vies réglées comme du papier à musique. C'est l'appréciation des grands poètes de la littérature, de Keats à Byron, en passant par Shakespeare, et toujours, en débutant leurs séances par ce passage de Walden, par H.D. Thoreau : "Je m'en allai dans les bois parce que je voulais vivre sans hâte. Je voulais vivre intensément et sucer toute la moelle de la vie ! Mettre en déroute tout ce qui n'était pas la vie, pour ne pas découvrir, à l'heure de ma mort, que je n'avais pas vécu." 

   Le Cercle des poètes disparus est vraiment une œuvre merveilleuse, aussi bien le film que le livre, et je vous conjure de venir avec moi, monter sur nos chaises, et crier avec ferveur un "Oh Captain, my Captain !" 

https://buffyslibrary.blogspot.fr/search/label/Coup%20de%20c%C5%93ur

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Compteur Livraddict

Bannière Livraddict

Compteur Betaseries

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...