mardi 21 mars 2017

Alice au Pays des Merveilles

Auteur : Lewis Carroll
Edition : Folio
Collection : Classique
Parution originale : 1865
Genre : Aventure, Fantastique, Classique

   Résumé : Alice s'ennuie auprès de sa sœur qui lit un livre tandis qu'elle ne fait rien. Mais voilà qu'un lapin blanc aux yeux roses vêtu d'une redingote passe près d'elle en courant. Cela ne l'étonne pas le moins du monde. Pourtant, lorsqu'elle le voit sortir une montre de sa poche et s'écrier : « Je suis en retard ! En retard ! En retard ! », elle se dit que décidément ce lapin a quelque chose de spécial. En entrant derrière lui dans son terrier, elle fait une chute presque interminable qui l'emmène dans un monde aux antipodes du sien. Elle va rencontrer une galerie de personnages retors et se trouver confrontée au paradoxe, à l'absurde et au bizarre…
    Depuis quelques temps, j'étais de nouveau retombée dans une phase de panne de lecture, dans laquelle je n'arrivais plus à apprécier le fait de lire, ce qui est quelque peu ennuyeux. Alors l'autre jour, en rangeant ma bibliothèque, je suis retombée sur ce chef-d’œuvre de  la littérature qu'est Alice au Pays des Merveilles, et je me suis fais une joie de le relire. A vous aussi, cela vous arrive-t-il, alors que vous étiez en train de faire tout autre chose, de tomber sur un livre que vous aviez adoré par le passé, et d'abandonner vos activités pour le relire ? (répond en commentaires ;) )

   A la base, Lewis Carroll imagine cette histoire lors d'une excursion en bateau, en s'inspirant d'une petite fille qui a vraiment existé et qu'il a connue, qui s'appelait Alice Liddell. Cela a de l'importance car j'ai toujours trouvé que ce roman avait en fait la forme d'un conte, avec des marques certaines de l'oralité, et des morales et leçons que l'on peut en tirer, notamment que la curiosité mal placée et une nature trop spontanée peuvent attirer des ennuis (probablement que la leçon était adressée tout spécialement aux femmes à l'époque d'ailleurs, et que ce n'est pas une coïncidence si le personnage principal est inspiré d'une petite fille).

   Cependant, si on peut tirer des leçons de ce roman, et que les premiers auditeurs en furent des enfants, je ne suis pas sûre qu'on puisse qualifier Alice au Pays des Merveilles de conte pour la jeunesse. En tous cas, il n'est certainement pas réservé uniquement aux enfants. Le thème du passage à l'âge adulte est omniprésent et essentiel dans ce roman, notamment avec la métaphore du changement de taille fréquent de Alice tout au long du récit. Ce serait probablement une métaphore de l'adolescence. En effet, c'est à cet âge ingrat que l'on commence à se chercher, à chercher sa place dans le monde. Les adolescents ne se sentent plus assez enfants pour certaines choses, mais encore pas assez adultes pour d'autres. Et d'un autre côté, les adultes autour d'eux commencent à leur donner l'autonomie d'un adulte en les traitant encore comme des enfants. C'est un âge pas facile, et on sent que plus le récit avance, plus Alice grandit et rapetisse, moins elle se sent à sa place dans ce monde. Car c'est un monde issu de son imaginaire d'enfant, qui n'est plus adapté à une petite fille qui grandit. On peut le remarquer également car tous les adultes dans le Pays des Merveilles, outre le fait qu'ils sont tous complètement fous, se comportent comme des enfants. Ils sont espiègles, colériques, mauvais joueurs, se moquent de la rationalité, tout ce que Alice était avant d'entrer dans ce terrier. Dès son entrée au Pays des Merveilles, c'est elle, l'incarnation de l'adulte.

   Généralement, quand je dis que Alice au Pays des Merveilles est un de mes livres (et de mes films Disney) préférés, les personnes autour de moi me disent que ce livre les mettent profondément mal à l'aise. Personnellement, j'ai cette impression parfois également, mais c'est surtout je pense parce que cette histoire est originellement sortie des rêveries de Lewis Carroll, et que ce roman est construit comme un rêve d'Alice. En effet, pas de traces de surnaturel au début, et dès qu'Alice aperçoit le Lapin Blanc, le fantastique est partout, ce qui indique qu'elle est en train de rêver, ou d'halluciner, quoiqu'il en soit, ce roman ne reflète pas la réalité. Et s'il s'agit d'un rêve, on peut en conclure qu'il fourmille d'interprétations cachées et de faits implicites, dixit Freud et ses travaux sur l'inconscient, ce qui est sans doute une des raisons pour lesquelles on peut se sentir mal à l'aise.

   Quoiqu'il en soit, c'est aussi une des raisons qui font que j'apprécie toujours de lire et relire ce roman, car je découvre toujours de nouvelles interprétations à chaque relecture. Et j'espère vous avoir donné envie de le lire ou le relire à mon tour.

https://buffyslibrary.blogspot.fr/search/label/Coup%20de%20c%C5%93ur

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...