mardi 4 avril 2017

How I Met Your Mother | Chronique Série

Titre original : How I Met Your Mother
Créée par : Carter Bays / Craig Thomas
Origine : Etats-Unis
Genre : Sitcom
Première diffusion : 19 septembre 2005
Sur : CBS
Vue en : VF, VOSTFR
S'étend sur : 9 saisons, 208 épisodes
Statut : Terminée depuis le 31 mars 2014
Avec : Josh Radnor, Alyson Hannigan, Jason Segel, Neil Patrick Harris, Cobie Smulders, Cristin Milioti
   Pitch : En 2030, Ted Mosby décide de raconter à ses deux enfants l'histoire de "la fois où il a rencontré leur mère". Elle commence en 2005, le jour où Marshall Eriksen, le meilleur ami de Ted, demande sa petite amie Lily Aldrin en mariage, de laquelle naît l'obsession de Ted pour trouver la femme de sa vie...

   Cet hiver, sur un coup de tête, je me suis fait un petit plaisir : revoir entièrement deux de mes sitcoms préférées, a.k.a Friends et How I Met Your Mother. Je vous ai parlé de Friends, le moment est pour moi venu d'écrire à propos de HIMYM à présent.

 
   A la base, si j'avais commencé cette série, c'est parce que c'était la nouvelle série de Alyson Hannigan, un de ses premiers rôles qui ont suivi celui de Willow Rosenberg que l'actrice incarnait dans Buffy contre les vampires, et qui est un de mes personnages préférés toutes œuvres de fiction confondues. D'ailleurs, Alison est la seule des cinq acteurs principaux à avoir eu un grand rôle dans une série télévisée avant HIMYM, et je suis persuadée que c'est grâce à son rôle dans Buffy que la série a attiré son public au départ. Je me suis donc lancée dans le visionnage de cette série à l'époque sans vraiment savoir à quoi m'attendre, et j'avoue avoir été ravie de voir Alyson Hannigan dans un rôle comique à part entière. Cette actrice a un très gros potentiel comique, avec beaucoup de nuances, mais peut aussi basculer dans l'émotion avec beaucoup de facilité. Elle peut s'en donner à cœur joie dans cette série, avec le personnage de Lily Aldrin, et cela se voit qu'elle y prend plaisir, ce qui fait aussi plaisir au spectateur. 


    J'ai découvert les autres acteurs également, et on peut dire qu'ils sont tous excellents. J'ai une légère préférence pour Neil Patrick Harris tout de même, car si il y a bien un de ces acteurs qui joue un rôle totalement à l'opposé de ce qu'ils sont, c'est lui. Jouer le rôle d'un coureur de filles alors qu'on est un homme homosexuel, et réussir à rendre le personnage crédible et qu'on y croit, je trouve que c'est une performance incroyable. Je n'arrive d'ailleurs pas à savoir si je suis contrariée que les directeurs de casting aient choisi un acteur homosexuel pour jouer un rôle d'homme hétéro, après tout, je grince des dents quand le contraire arrive, et je trouve que la série manque cruellement de représentation LGBT, ou très heureuse qu'ils l'ai choisi parce qu'il est parfait dans le rôle de Barney Stinson. Je pense que j'aurais tout de même préféré que NPH joue un rôle LGBT, dans le même genre de Barney, ça aurait pu être très intéressant.



   Ce que je pourrais reprocher à cette série, c'est sans doute le fait qu'elle emprunte un peu trop les tropes de Friends. On retrouve chez les personnages de HIMYM  le même genre de motifs que chez ceux de Friends : Robin Scherbatsky, la working girl de la série, peut s'apparenter à Rachel Green, dont l'un des principaux motifs est également de poursuivre ses rêves de carrière et de grimper les échelons. Elle est aussi la petite nouvelle dans le groupe d'amis au tout début de la série ; Ted Mosby peut s'apparenter à Ross Geller, dans le genre "mec qui recherche la femme de sa vie et travaille dans un domaine "ennuyeux" ", ils deviennent même profs tous deux ; Barney Stinson est un coureur de jupons au cœur d'or, comme Joey Tribbiani, etc. Même certaines scènes présentent une intertextualité assez palpable, et il y a certains tropes comme le "Ugly Naked Man", et les réunions dans le même bar soir après soir, dans les deux séries. 
   Cependant, la série se distingue dans beaucoup d'autres domaines, et a su trouver sa propre identité. Notamment dans sa narration : la narration de Friends est linéaire, celle de HIMYM ne l'est pas, du fait que son narrateur est intradiégétique et que la série reproduit la trame narrative de quelqu'un qui se remémore ses souvenirs, ce qui est le thème principal de la série. Les méthodes d'énonciation sont imbriquées les unes dans les autres, il y a des flashbacks, des anticipations de l'intrigue, des commentaires et rectifications du narrateur. Je pense notamment à l'épisode de la chèvre, ou celle de la robe de Ted, pour les connaisseurs. Cette méthode nécessite que les scénaristes aient pensé la série sur sa totalité dès le départ pour être crédible, et en cela, c'est réussi. Elle nécessite également plus de décors et de scènes qu'une sitcom classique, ce qui représente un gros challenge pour tout ceux qui ont travaillé sur la série. 


   A mon avis, la série aurait aisément pu s'arrêter vers les saisons 5 ou 6, car à ce moment là elle avait déjà assez fait le tour du sujet, les saisons 7, 8 et 9 sont un peu en trop, et on commence à s'ennuyer devant et à moins rire aux situations, ce qui est quand même dommage dans une série comique.
   Enfin, sans spoiler évidemment, je suis obligée de dire un mot sur le tout dernier épisode de la série. Jamais je ne me suis autant sentie trahie par un final de série, d'autant plus que, jusque là, HIMYM était une de mes séries préférées, car elle était originale dans sa narration et cohérente dans le traitement de ses personnages qui sont tous géniaux. Mais le final, ou au moins les dernières minutes, est complètement incohérent par rapport à l'évolution des personnages de la série, et annule absolument tout ce qui a été développé sur plusieurs saisons et années. Il faut savoir que ce final, les scénaristes l'avaient en tête dès qu'ils ont commencé à tourner la série en 2005, ce que je trouve encore plus dommageable car ils n'ont pas au moins développé la série en fonction de ce final. Il existe au moins une fin alternative, mais je suis quand même en colère car j'ai l'impression que les scénaristes n'ont absolument pas compris les personnages qu'ils ont créé, qu'il les y ont bâclés, et je trouve cela triste. 



   Malgré ces menus bémols que je peux reprocher à la série, je pense que HIMYM est une très bonne série et un très bon divertissement. On s'attache vite à ces personnages, on partage leurs vies, leurs joies, leurs peines, pendant 9 saisons. Cela peut sembler long, mais il s'agit d'une sitcom, les épisodes durent 20 minutes chacun, ce qui est beaucoup plus pratique même quand on a peu de temps pour regarder. Je vous invite à y jeter un œil si vous ne l'avez jamais fait, à la revoir sinon, car cette série est un vrai bonheur. 


2 commentaires:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...