lundi 29 mai 2017

Compte à rebours avec The 100, saison 4 | Chronique Série

Titre original : The 100
Créée par : Jason Rothenberg
Origine : Etats-Unis 
Genre : Science-Fiction, Survival, Post-Apocalyptique 
Première diffusion : 1er février 2017
Sur : The CW
Vue en : VO, VOSTFR
S'étend sur : 13 épisodes
Statut : Terminée depuis le 24 mai 2017
Avec : Eliza Taylor, Bob Morley, Paige Turco, Marie Avgeropoulos, Lindsey Morgan, Devon Bostick, Christopher Larkin, Richard Harmon, Zack McGowan, Isaiah Washington, Henry Ian Cusick
   Pitch : Il y a un siècle, un holocauste nucléaire décimait la population de la Terre en détruisant toute civilisation. Les seuls survivants sont ceux qui vivaient dans le complexe de douze stations spatiales, l'Arche, qui étaient déjà en orbite à l'époque. Trois générations plus tard, le gouvernement de l'Arche décide d'envoyer 100 prisonniers mineurs sur Terre pour déterminer si la planète est viable ou non. Ensemble, face à un monde dont ils ne savent rien, ils devront prendre des décisions difficiles au sujet de la vie, de la mort, de la survie de la race humaine.
    Il y a quatre mois encore, je trépignais à l'idée qu'une de mes séries préférées allait enfin revenir sur mes écrans pour sa quatrième saison, après une année entière d'attente. En plus, la saison 4 de The 100 a commencé exactement le jour de mon anniversaire, alors merci la CW pour ce magnifique cadeau. Aujourd'hui, la saison 4 vient à peine de se terminer, et je meurs d'envie de vous en parler. 

    Cette quatrième saison fut explosive. Littéralement. Pour rappel, la saison 3 nous laissait sur une ébauche d'intrigue dont nous avons pu prendre connaissance dès la destruction de la City of Lights dans son dernier épisode. C'est d'ailleurs LA raison pour laquelle Becca, alias A.L.I.E., avait créé cette solution : la fin du monde, une nouvelle fois. Mais cette fois-ci, personne ne pourrait en réchapper. En effet, les bombes atomiques que leurs ancêtres ont créé sont en train de fondre, et de dégager des radiations qui sont sur le point de submerger toute la surface terrestre sous la forme d'une vague de mort, emportant avec elle toute forme de vie qui ne soient pas à l'abri. L'intrigue de la saison 4 consiste à trouver une solution pour, une nouvelle fois, sauver la race humaine. Sauf que cette fois, la menace ne provient pas de cette faculté merveilleuse qu'ont les êtres humains de s'entretuer, mais de la Terre elle-même, qui a décidé qu'elle en avait marre qu'on la maltraite, et de se venger, à retardement.



   La saison 4 débute à l'exact moment où on nous avait laissés en fin de saison 3 : à Polis, dans la tour de commandement. Clarke vient d'apprendre à Bellamy dans les détails ce qu'elle a appris des dangers à venir, mais ils décident de n'en rien dire à personne pour ne pas créer une émeute. Cela rappelle fortement cet épisode dans la saison 1 où Clarke présumait que c'était Murphy qui avait tué Wells, que Bellamy lui avait demandé de n'en rien révéler, et Clarke, n'en faisant qu'à sa tête, le révèle, déclenchant une chasse à l'homme. D'ailleurs, la série propose un retour aux sources très appréciable cette saison, avec beaucoup de parallèles avec la saison 1, et parfois la saison 2 : j'ai cité l'épisode de Wells, mais il y en a beaucoup d'autres : les rappels constants que Jaha a envoyé les délinquants sur Terre pour qu'ils y meurent à la base, et que souvent, il les a injustement emprisonnés sur l'Arche ; des parallèles avec Mount Weather, dans lequel les habitants étaient prêts à tout pour ne plus subir les radiations auxquelles ils sont sujets ; enfin, des parallèles avec la vie que Skaikru avait sur l'Arche, les restrictions, les sacrifices. 



   La saison 3 s'est construite comme une parenthèse dans la série en ce qui concerne les relations entre personnages et la continuité des différents arcs narratifs : sachant que beaucoup des personnages n'étaient pas eux-mêmes, mais sous l'influence d'A.L.I.E., le développement des relations entre personnages était presque impossible, et la saison s'est focalisée sur l'action en cours : détruire A.L.I.E. La saison 4 est celle qui retrouve le contact entre les personnages, et une continuité avec la saison 2 en ce qui concerne leurs relations, en plus des nouvelles décisions lourdes qu'ils ont tous dû prendre et qui maintenant jouent dans leurs balances pour décider s'ils méritent de survivre ou non.



   Belle transition pour introduire une autre des thématiques de cette saison : tous les personnages, à un moment où l'autre de la saison, sont passés par une phase de doute, quant à leur légitimité pour survivre : que ce soit Clarke et son légendaire sens du sacrifice, de type "I bear it so they don't have to" ; Bellamy, qui culpabilise encore des massacres qu'il a commis sous le commandement de Pike, ou encore Abby, qui a peur de ce qu'elle est capable de faire pour survivre et pense alors qu'elle ne le mérite pas. Heureusement, si chacun pense qu'il n'a pas lui-même le droit de survivre, ils pensent tout le contraire pour les autres. Puisqu'ils ont tous dû faire des choses horribles pour survivre, qu'ils ont tous perdu leur humanité à un moment ou l'autre pour rester en vie, ils comprennent que le pardon est quelque chose d'important dans leur situation, qu'il faut donner parce qu'on est incapable de se le donner soi-même. Cela donne lieu à de belles scènes de déclarations entre les personnages, et c'est dans ces scènes, plus que dans les scènes d'actions, que la série fonctionne le mieux.



   Même si j'avais adoré la saison précédente, je reconnais qu'elle avait beaucoup de problèmes, notamment des problèmes de narration. Je trouve personnellement que ces problèmes ont été corrigés depuis. On comprend les motivations des personnages, on comprend leurs actions, là où parfois c'était assez flou dans la saison 3, d'autant plus que l'intrigue était plus politique. La photographie de la série est toujours aussi incroyable, surtout dans les derniers épisodes où les décors changent radicalement. 



   Mes deux personnages préférés, Clarke et Bellamy, sont toujours aussi merveilleux, formidablement portés par leurs interprètes, Eliza Taylor et Bob Morley. Jason Rothenberg, le créateur et showrunner de la série, a toujours dit que c'était la relation de ces deux personnages qui faisait office de pilier à la série, mais je trouve que c'est d'autant plus vrai dans cette saison : ils sont deux faces d'une même pièce, ils sont la tête et le cœur, deux choses indispensables pour guider un peuple,  se soutenant mutuellement. Leurs rôles par rapport à la saison 3 sont inversés ici : Clarke fait beaucoup d'erreurs qu'elle ne parvient pas à se pardonner, mais Bellamy est là pour l'épauler, et lui offrir le pardon, comme elle l'a déjà fait pour lui auparavant. J'ai toujours trouvé leur relation magnifique, mais dans cette saison, elle l'est plus que jamais. 



   J'ai aussi appris à apprécier certains personnages que je ne pouvais pas voir en peinture auparavant : la série insiste sur les subjectivités des personnages, créant des parallèles entre eux, aidant le spectateur à comprendre que, oui, certains personnages sont ennemis de ceux que l'on préfère, mais cela n'en fait pas de mauvaises personnes pour autant, mais des gens qui essaient de se protéger. D'ailleurs, aucun personnage n'a véritablement de mauvais desseins, aucun ne cherche volontairement à faire le mal, mais tous cherchent simplement la solution pour subsister. 



   Pour conclure, j'ai envie de dire que la saison 4 de The 100 a été une excellente saison. Certains ne seront sans doute pas d'accord avec moi, mais après une saison 3 que j'ai certes beaucoup aimé mais qui présentait quelques problèmes, cette quatrième saison reprend la continuité de la deuxième et ramène la série à un niveau d'excellence qu'elle possédait et qui est rarement atteint pour une série de la CW de cette envergure. Il me tarde que neuf mois passent et que la saison 5 commence, parce que j'ai vraiment hâte de voir ce qu'il va se passer maintenant, car nous nous trouvons à un nouveau tournant de la série, c'est un retour aux sources complet que celle-ci effectue. 

https://buffyslibrary.blogspot.fr/search/label/Coup%20de%20c%C5%93ur

  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...