jeudi 18 mai 2017

Sense 8 | Chronique Série

Titre original : Sense 8
Créée par : Lana et Lily Wachowski
Origine : Etats-Unis
Genre : Science-fiction, action, drame
Première diffusion : 5 juin 2015
Sur : Netflix
Vue en : VOSTFR
S'étend sur : 2 saisons, 23 épisodes
Statut : En production
Avec : Brian J. Smith, Aml Ameen, Bae Doona, Jamie Clayton, Freema Agyeman, Tina Desae, Tuppence Middleton, Max Riemelt, Miguel Angel Silvestre, Terrence Mann, Naveen Andrews, Daryl Hannah.
   Pitch : Eparpillés au quatre coins du monde, huit individus sont liés par une connexion étrange qui leur permet de partager des expériences intellectuelles, émotionnelles et sensorielles, et sont capables d'intervenir dans leurs réalités respectives. Ce sont les Sensitifs. Ils ne sont pas seuls. Et ils sont recherchés par une organisation aux desseins obscurs. 
    A moins que vous ayez vécu dans une grotte elle-même située à l'intérieur d'un gouffre ces deux dernières années, vous n'avez pas pu passer à côté d'une des séries les plus innovantes de Netflix : Sense 8. Je suis moi-même un peu passée à côté du phénomène à l'époque parce que l'engouement autour de la série m'a fait peur. J'avais regardé le premier épisode au moment de la sortie de la saison 1, et je me souviens avoir été un peu déçue, mes attentes envers la série ayant été trop élevées par rapport aux retours que j'en avais reçu. A l'occasion de la sortie de la saison 2, attendue par tous les fans comme le Messie revenu sur Terre, j'ai décidé de donner une nouvelle chance à la série, et qu'est-ce que j'ai bien fait.



   Mon avis sur la série est cependant en demi-teinte, et il y a eu deux grandes périodes dans mon visionnage de Sense 8 : une première période où j'ai été un peu perplexe, ennuyée, circonspecte, et une autre où j'ai été totalement séduite, et où j'ai encensé la série.
   La première période a duré une bonne partie de la première saison. Le début est très lent, la série prend énormément de temps pour introduire les huit personnages et leurs arcs narratifs respectifs. Alors certes, je comprends que huit personnages, c'est difficile à présenter succinctement, mais en attendant, l'intrigue principale avance peu, et on s'ennuie pendant cinq épisodes. Et cinq épisodes, c'est long, dans une série.
   De plus, je trouve les réactions des personnages parfois un peu incohérentes : personnellement, et je pense que c'est pareil pour une grande partie d'entre nous, si j'avais découvert que j'étais liée par une sorte de lien psychique à sept autres personnes sur Terre qui peuvent m'épier pendant que je prends ma douche, j'aurais probablement flippé et j'aurais cherché tout de suite des réponses à mon état. Mais ils ont l'air de le prendre plutôt bien écoutez, et ils ne commencent à chercher l'origine de leur état que dans la saison 2. Alors oui, ils ont peut-être d'autres situations qui requièrent leur attention, comme une chasse à l'homme et des problèmes familiaux, mais ça ne coûte rien de se poser la question et d'essayer d'y réfléchir, surtout qu'ils sont huit à penser, dont une hackeuse et une pharmacienne.
   Un autre problème qui vient du concept même de la série, c'est que la relation qui unit les Sensitifs est un peu trop puissante. A eux huit, ils paraissent invincibles, entre la championne de kick-boxing, le cambrioleur, l'acteur, la pharmacienne, le policier, la hackeuse, rien ne semble être impossible pour eux et aucune situation ne semble être inextricable. Finalement, je ne me suis jamais vraiment inquiétée pour eux, et la question n'est pas "est-ce qu'ils vont s'en sortir ?" mais plutôt "Comment ?".
   Je dois aussi vous prévenir que la série est très graphique, donc si vous avez une âme sensible, je préfère vous le dire. Il y a notamment deux scènes, dans les épisodes 10 et 11 de la saison 1, que vous risquez de ne pas supporter, surtout si, comme moi, vous êtes tocophobes.



   Je sais que je critique beaucoup, en négatif, depuis tout à l'heure, mais rassurez-vous j'ai énormément de choses positives à dire sur la série. Premièrement, c'est la première série dirigée par les sœurs Wachowski. Pour rappel, il s'agit des réalisatrices de la saga Matrix et de l'excellent V for Vendetta, ce qui laissait présager à la base une production de qualité. On reconnaît la direction des deux réalisatrices dans les scènes d'action et de combat notamment, ce sont des scènes parfaitement exécutées, maîtrisées et d'un esthétisme rare, d'un degré de perfection rarement atteint. La série est un plaisir pour les yeux : le travail de la couleur est magnifique, la photographie est souvent à couper le souffle, les acteurs superbement dirigés, et très talentueux.



   On a l'impression de voyager avec cette série. Le récit est fait de la même façon que pour Game of Thrones : à chaque scène, on change de décor, d'endroit et de personnage. Au début on est à Bombay, ensuite on fait un tour à Nairobi, on passe aux Etats-Unis, au passage on visite le Mexique puis on part pour Berlin en passant par l'Islande, pour finir à Séoul. Tout ceci à chaque épisode. La série a un côté international, elle célèbre ainsi le monde et ses habitants, les différences et les similitudes, l'entraide et l'amour.



   Les personnages sont tous hyper attachants et touchants, et la série est centrée essentiellement sur eux. Une fois qu'on a compris ça, on apprécie d'autant mieux la série. Ils ont tous une histoire assez triste : Nomi est une femme transgenre qui peine à se faire accepter par sa famille ; Capheus a une mère malade et a du mal à rassembler l'argent nécessaire pour la soigner ; Lito est un acteur qui cache son homosexualité pour garder son travail ; Riley a dû s'exiler à Londres, loin de son père en Islande qu'elle aime plus que tout, pour le protéger ; Will est hanté par le souvenir d'une petite fille assassinée dans son enfance, un cas non résolu ; Kala est fiancée à un homme dont elle n'est pas amoureuse ; Wolfgang est traumatisé par son enfance avec un père violent et une histoire familiale complexe ; Sun est la fille d'un puissant homme d'affaire qui ne l'a jamais considérée comme sa fille. Chaque personnage doit faire face à ces problèmes qui paraissent irrésolvables. Mais l'important, c'est qu'ils ne sont plus seuls. Ils sont tous ensemble, une seule et même personne à présent, et ils sont là les uns pour les autres, pour s'entraider. C'est tendre, c'est beau, c'est touchant, c'est magnifique, la relation qu'ils entretiennent tous ensemble. C'est une relation très puissante, mais néanmoins étrange, qui les relie.



   Sense 8 est une série très importante à mon sens, très bien réalisée, et magnifique. J'ai émis des réserves sur la saison 1, mais la saison 2 est un pur chef d’œuvre et un coup de cœur. Elle a ses défauts bien sûr, elle n'est pas parfaite, et peut en rebuter certains. mais je pense qu'il faut s'accrocher. Cette série fait passer un message d'amour et de tolérance bien trop important pour être ignoré, dans une société où la haine et l'intolérance sont de trop. Et le meilleur remède contre l'intolérance, c'est la connaissance, la meilleure façon d'aimer, c'est de comprendre, et d'apprendre.
  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...