lundi 12 juin 2017

La Vérité à propos d'Alice

Auteure : Katherine Webb
Edition : Pocket
Parution originale : 2015
Genre : Policier, Romance, Contemporain
Nombre de pages : 667
   Résumé : En acceptant sur le tard d'épouser Richard, Rachel Crofton croyait enfin échapper à son destin de gouvernante. Hélas, derrière le négociant en vins affable, bien introduit dans la bonne société de Bath, se cache un homme colérique, opportuniste et pingre. Pour tromper l'ennui et les regrets, Rachel accepte la proposition de lady Alleyn, figure de l'establishment, qui recherche une dame de compagnie pour son fils, Jonathan, vétéran de la guerre d'Espagne. Dès sa première visite, Rachel comprend que les belles apparences masquent de profondes failles : pourquoi Jonathan réagit-il si fortement à sa vue ? Ses traumatismes sont-ils uniquement liés à ses souvenirs de guerre ? Que complote Starling, la petite servante ? Quelle emprise lady Alleyn exerce-t-elle sur ces esprits troublés ? Et surtout, qui était Alice, la fiancée de Jonathan, disparue sans aucune explication ? Décidée à percer le secret de la maison Alleyn et à sauver Jonathan du mal qui le ronge, Rachel n'a bientôt plus qu'une idée en tête : découvrir la vérité à propos d'Alice…

   Ce roman avait dès le départ une recette qui ne pouvait que me mettre l'eau à la bouche : une histoire de famille, des mystères à percer, une intrigue se déroulant dans la campagne anglaise du XIXè siècle, et tournant autour de femmes. C'est ce que propose La Vérité à propos d'Alice dans son résumé de départ, et ce qui m'a donné envie de commencer ce livre.

   Alice et Rachel sont deux femmes qui ne se connaissent pas et ne se sont jamais rencontrées, pourtant, leurs destins sont liés à jamais. Alice est la principale protagoniste de ce roman, celle qui relie tous les personnages entre eux, pourtant, elle en est également la grande absente. Elle ne vit que dans les souvenirs des personnages qui l'ont connue, et qui y replongent avec nostalgie, colère, tristesse, désespoir, tout au long du roman. Alice a disparu il y a une quinzaine d'années, sans laisser de traces, sans un mot pour ceux qu'elle aimait. C'est sa disparition qui est au cœur de l'intrigue, sa disparition qui unit les personnages et instaure du mystère dans cette histoire.

   Par son atmosphère sombre, une atmosphère un peu gothique, ce roman me semble être dans la lignée des grands romans anglais du XIXè siècle, en penchant plus pour les œuvres des sœurs Brontë que pour celles de Jane Austen. Rachel, notamment, m'a fait l'effet d'une Jane Eyre en puissance : gouvernante au début du roman, dame de compagnie ensuite pour un homme blessé à la guerre et par la vie, elle est une femme forte, têtue et courageuse qui ne se laisse pas gouverner par les hommes. Ce roman joue sur les codes du roman victorien, que j'affectionne beaucoup.

   La Vérité à propos d'Alice est un roman sur la perte. Chacun des personnages du roman en a fait l'amère expérience à un moment de leur vie, et d'ailleurs, le personnage le plus important de l'histoire, Alice, est porté disparu. Que ce soit la perte d'un être cher, des illusions perdues, celle-ci est au centre de l’œuvre. Ce roman est également porteur des désillusions sur la condition de la femme au XIXè siècle, jamais tout à fait libre, toujours sous l'égide d'un homme. Ce qui est ironique, quand on se rend compte que ces femmes n'ont pas besoin des hommes pour les gouverner, et pour élucider le grand mystère de ce roman, et qu'en réalité, ce sont les hommes qui sont dépendants des femmes pour les gouverner.

   Bien que j'ai beaucoup aimé le contenu de ce roman, il faut savoir que Katherine Webb a une imagination débordante, parfois un peu tirée par les cheveux, même si elle a un bon style et une plume agréable à lire. Je suis restée incrédule pendant une bonne partie du roman, et surtout, j'ai découvert le secret final vers les trois quarts du livre, ce qui est légèrement ennuyeux pour un roman qui flirte avec le policier. Surtout, c'est un roman trop long pour l'histoire qu'il raconte, et certains passages mériteraient d'être raccourcis. J'ai, à quelque passages, lu ce roman en diagonale car certains moments de l'histoire ne sont pas utiles à l'intrigue. Surtout quand la plupart des chapitres font près, voire plus, d'une centaine de pages.

   Pour conclure, si vous aimez les romans contemporains répondant aux codes du roman victorien, dans lesquels on retrouve des secrets de famille, des mystères entourant un personnage, le tout écrit dans un style agréable à lire, alors je pense que La Vérité à propos d'Alice de Katherine Webb est un roman qui pourrait vous plaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...